07182024Headline:

Kenya : Facebook attaqué en justice par d’anciens modérateurs

Des modérateurs kenyans attaquent Facebook en justice à propos de leurs conditions de travail.

Au bord des larmes, Nathan Nkunzimana se souvient d’avoir regardé une vidéo montrant un enfant agressé et une autre montrant une femme tuée.

Huit heures par jour, son travail de modérateur de contenu pour un sous-traitant de Facebook l’obligeait à regarder des horreurs pour que le monde n’ait pas à le faire. Certains collègues accablés criaient ou pleuraient, dit-il.

Aujourd’hui, M. Nkunzimana fait partie des quelque 200 anciens employés qui poursuivent Facebook et le sous-traitant local, Sama, au sujet des conditions de travail au Kenya, qui pourraient avoir des répercussions sur les modérateurs de médias sociaux dans le monde entier.

Il s’agit de la première action en justice connue en dehors des États-Unis, où Facebook a conclu un accord avec les modérateurs en 2020.
Le groupe était employé au centre de modération de contenu externalisé du géant des médias sociaux à Nairobi, la capitale du Kenya, où les travailleurs filtrent les publications, les vidéos, les messages et d’autres contenus provenant d’utilisateurs de toute l’Afrique, en supprimant tout matériel illégal ou nuisible qui enfreint les normes de la communauté et les conditions d’utilisation.

Les modérateurs, originaires de plusieurs pays africains, cherchent à obtenir un fonds d’indemnisation de 1,6 milliard de dollars après avoir dénoncé de mauvaises conditions de travail, notamment un soutien insuffisant en matière de santé mentale et une faible rémunération.

Au début de l’année, ils ont été licenciés par Sama, qui a abandonné la modération de contenu.

Ils affirment que les entreprises ne tiennent pas compte d’une décision de justice ordonnant la prolongation de leurs contrats jusqu’à ce que l’affaire soit résolue. Facebook et Sama ont défendu leurs pratiques en matière d’emploi.

Les avocats des modérateurs ne savent même pas combien de temps il faudra pour que l’affaire se termine.

Désespoir
Les modérateurs ont exprimé leur désespoir alors que l’argent et les permis de travail viennent à manquer et qu’ils luttent contre les images traumatisantes qui les hantent.

Le jeune homme de 33 ans a déclaré que la modération de contenu est comme des “soldats” qui prennent une balle pour les utilisateurs de Facebook, avec des travailleurs qui surveillent les contenus nuisibles sur les meurtres, les suicides et les agressions sexuelles et qui s’assurent qu’ils sont retirés.

Mais alors que l’exposition à des contenus alarmants a ravivé des traumatismes passés pour certains qui, comme lui, avaient fui les violences politiques ou ethniques dans leur pays, les modérateurs ont trouvé peu de soutien et une culture du secret.

On leur a demandé de signer des accords de non-divulgation. Les objets personnels, comme les téléphones, n’étaient pas autorisés sur le lieu de travail.

Après son service, Nkuzimana rentrait chez lui épuisé et s’enfermait souvent dans sa chambre pour tenter d’oublier ce qu’il avait vu. Même sa femme n’avait aucune idée de ce qu’était son travail.

Aujourd’hui, il s’enferme dans sa chambre pour éviter que ses fils ne lui demandent pourquoi il ne travaille plus.

Selon M. Nkuzimana, le sous-traitant de Facebook, la société américaine Sama, n’a pas fait grand-chose pour s’assurer que des conseils professionnels post-traumatiques étaient proposés aux modérateurs dans son bureau de Nairobi.
Il a ajouté que les conseillers n’étaient pas suffisamment formés pour faire face à ce que ses collègues vivaient. Aujourd’hui, en l’absence de soins de santé mentale, il se plonge dans l’église.

Facebook a déclaré que ses sous-traitants étaient contractuellement tenus de rémunérer leurs employés à un niveau supérieur à la norme du secteur sur les marchés où ils opèrent et de fournir une assistance sur place par des praticiens qualifiés. Le salaire des modérateurs de contenu était de 429 dollars par mois, et les non-Kényans recevaient en plus une petite allocation.

Un porte-parole a déclaré que l’entreprise ne pouvait pas commenter l’affaire kenyane.

Dans un courriel adressé à l’AP, Sama a déclaré que les salaires offerts au Kenya étaient quatre fois supérieurs au salaire minimum local et que “plus de 60 % des employés masculins et plus de 70 % des employées féminines vivaient en dessous du seuil international de pauvreté (moins de 1,90 dollar par jour)” avant d’être embauchés.

Sama a déclaré que tous les employés avaient un accès illimité à des conseils individuels “sans crainte de répercussions”.

L’entrepreneur a également qualifié de “confuse” une récente décision de justice visant à prolonger les contrats des modérateurs et a affirmé qu’une décision ultérieure interrompant l’affaire signifiait qu’elle n’était pas entrée en vigueur.

George Nyabuga, maître de conférences en études médiatiques à l’université Aga Khan, a déclaré que la contestation judiciaire avait ouvert les yeux non seulement du gouvernement et des syndicats kenyans, mais aussi de la communauté internationale.

Le sort des modérateurs est entre les mains du tribunal kenyan, dont la prochaine audience aura lieu le 10 juillet.

What Next?

Recent Articles