04082020Headline:

Après l’audition des pro-Soro Les avocats vont pouvoir introduire des demandes de mise en liberté provisoire

– Les avocats des détenus pro-Soro, poursuivis entre autres pour « diffusion de fausses nouvelles et atteinte à l’autorité de l’Etat » vont « pouvoir introduire des demandes de mise en liberté provisoire » après les premières auditions mardi, a indiqué Me Brahima Soro, membre du collectif des avocats des inculpés.

« A partir de ces premières auditions, nous allons pouvoir introduire des demandes de mise en liberté provisoire pour les personnes entendues (et) nous espérons qu’il y sera fait droit », a indiqué Me Soro à des organes de presse dont ALERTE INFO.

Mardi, Koné Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul, Alain Lobognon, Kanigui Soro, Tehfour Koné, Félicien Sekongo, Simon Soro, Camara Loukimane, Soumaïla Yao, Marc Ouattara, Soumahoro Kando, tous des pro-Soro, avaient été convoqués pour leur interrogatoire sur le fond.

Le 23 décembre 2019, date du retour manqué de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro en Côte d’Ivoire, 15 de ses proches ont été interpellés et écroués.

Ils ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt le 24 décembre pour diffusion de fausses nouvelles, troubles à l’ordre public et atteinte à l’autorité de l’Etat ».

Il s’agit pour le doyen du juge d’instruction d’enquêter afin d’établir ou non si ces chefs d’accusation méritent qu’un procès ait lieu

« Ils ont été entendus individuellement sur le fond sur les faits de diffusion de fausses nouvelles », a fait savoir Me Brahima Soro, espérant « que très rapidement (ses) clients seront interrogés sur le fond des deux autres chefs d’inculpation ».

Pour Me Soro, « ces auditions sont une avancée » dans le dossier « parce qu’elles devaient permettre d’établir que (ses) clients n’ont rien à faire en prison, car les faits pour lesquels ils sont poursuivis sont d’une vacuité sidérante ».

« Nos clients sont heureux d’avoir enfin eu l’occasion de faire connaître au juge leur part de vérité. Cela était important pour chacun d’entre eux », a-t-il ajouté.

Les autres personnes inculpées seront entendues sur le fond du même chef d’inculpation à une autre date que fixera le juge.

Visé par un mandat d’arrêt international pour « présomptions graves de tentative d’atteinte contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national », M.Soro, candidat déclaré à la présidentielle d’octobre, est retourné en Europe après son retour manqué.

atoo.ci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles