07202024Headline:

Enquête judiciaire dans la sous-région: Une réunion tripartite pour mieux maîtriser les outils des polices techniques et scientifiques

« La complémentarité des acteurs de l’enquête judiciaire dans le cadre de la coopération en matière de lutte contre la criminalité transnationale organisée : le rôle des polices techniques et scientifiques ». C’est le thème d’une réunion tripartite organisée du 27 au 28 juin 2024, à l’hôtel Azalaï à Abidjan-Marcory.

Au nombre des acteurs, le Réseau de police scientifique de l’Afrique de l’ouest (Repsao), le Comité des chefs de police de l’Afrique de l’ouest (Ccpao) et le Réseau ouest-africain des autorités centrales et des procureurs (Wacap).

Cette rencontre de haut niveau qui concourt à la naissance d’un cadre d’échange de bonnes pratiques et de développement de la police technique et scientifique, était une initiative du Repsao. Cette réunion qui s’inscrit dans le cadre du projet « Renforcement des capacités de la police en Côte d’Ivoire », une composante du programme police Afrique, est un financement du ministère allemand des Affaires étrangères.

A l’occasion, les travaux étaient dirigés par le Contrôleur général de police Kouamé Boitini, par ailleurs Directeur général adjoint chargé de la police technique et scientifique (Dga/Pts) de la Côte d’Ivoire.

Le nouveau président du Repsao, Noufou Salou, a fait remarquer que les défis sécuritaires, notamment le crime organisé, les trafics de drogue et le terrorisme sont les raisons qui ont suscité cette rencontre. Et pour pallier cela, il faut une action coordonnée et concertée de tous les acteurs.

Aussi, Noufou Salou a rappelé que le Repsao a été créé en 2019 dans l’objectif de fédérer les forces des Pts de la sous-région en vue de mutualiser les compétences. « La police scientifique apporte les preuves matérielles tangibles, les magistrats interprètent et appliquent les lois, et les chefs de police veillent à la sécurité publique », a-t-il précisé.

Selon le chef de projet Giz, Aïssata Diallo, une justice impartiale est le socle sur lequel repose la confiance des citoyens dans le système judiciaire. « Cette confiance est la pierre angulaire de toute société démocratique et stable », poursuit-elle.

 

Avant de préciser : « Dans cette optique, nous sommes profondément convaincus que le travail remarquable de la Pts, en tant qu’acteur incontournable de la chaîne pénale, joue un rôle primordial dans le renforcement de cette confiance. En fournissant aux enquêteurs, juges et procureurs des rapports scientifiques rigoureux et objectifs, la Pts leur permet de rendre justice de manière impartiale, renforçant ainsi l’Etat de droit », fait remarquer Aïssata Diallo.

Quant au Commissaire de police Ouattara Francis, représentant le ministre ivoirien de l’Intérieur et de la Sécurité, Vagondo Diomandé, il a traduit la gratitude du ministre de tutelle pour cette initiative. Il a encouragé les participants à persévérer dans cette voie pour réussir la lutte contre la criminalité transnationale.

What Next?

Recent Articles