10282020Headline:

Littérature: native de la Côte d’Ivoire, elle écrit son premier roman aux USA

Sagbohan Maougnon Guylene, est une jeune fille de 26 ans inspirée par la lecture depuis les USA, qui a réussi à rédiger son tout premier roman (The Corner of happiness) qui va connaitre un grand succès en Afrique et dans les contrées américaines. Suite à ce talent AbidjanTv la rencontre pour mieux découvrir cette dernière.

Journaliste: bonsoir miss Guylene.

Miss Guylene: bonsoir madame.

Journaliste: comment êtes-vous devenu écrivaine?

Miss Guylene: à la base j’aimais lire, j’aimais écrire, quand j’étais toute petite, le mari de ma mère m’a offert un livre pendant les fêtes au lieu d’une poupée et c’est de là qu’est venu mon inspiration et mon amour pour la lecture depuis le pays.

Journaliste: quel genre de livre vous aimeriez lire en ce temps?

Miss Guylene: à l’époque j’aimais les oeuvres de Camara Nangala et autres…

Journaliste: votre livre “The Corner of Happiness” est votre premier où vous en avez déjà un autre?

Miss Guylene: C’est mon tout premier livre, et je compte écrire plusieurs grâce à Dieu car il est sorti depuis décembre 2019.

Journaliste: Connaît-il du succès ou pas?

Miss Guylene: .le succès s’est un peu trop dit, mais je suis sur la bonne voie

Journaliste: comment en faites vous la promotion pour que plusieurs personnes puissent l’acheter vu que l’Africain n’aime pas lire?

Miss Guylene: avec mes moyens je fais des vidéos et je demande aussi à mes amis de faire des vidéos pour ça car je n’ai pas d’encardrement.

Journaliste: d’où est venue l’inspiration d’écrire ce livre? n’avez-vous pas pris l’oeuvre de quelqu’un?

Miss Guylene: tout est parti en Automne 2017 quand j’étais à l’université, j’ai intégré un club de poésie, et un concours avait été lancé, c’est ainsi que j’ai rédigé un texte et j’ai été la lauréate, c’est ainsi que je me suis lancée dans le vif du sujet.

Journaliste: Quel message voulez-vous véhiculer à travers ce livre?

Miss Guylene: j’aimerais beaucoup encourager ceux qui ont un rêve, car il faut en toute chose perseverer.

Journaliste: votre livre fait beaucoup voyager et pourquoi aviez-vous decidé cela?

Miss Guylene: en général on dit que la lecture fait voyager, et j’ai fait celà pour aider ceux qui veulent venir à l’étranger étudier, ceux qui veulent voyager mais qui ont des problèmes financiers, de comprendre ce qui se passe à l’aventure.

Journaliste: vous avez fait sortir le problème de ceux qui veulent se marier mais qui sont opposés en religion comment expliquez vous cela?

Miss Guylene: evidemment l’amour est apolitique, la religion ne doit en aucun cas salir l’union et mon livre en parle aussi.

Journaliste: vous avez mentionné le pardon dans le livre, pourquoi celà a été important pour vous?

Miss Guylene: le pardon a été bien dans le livre car souvent les gens gardent la colère dans leur coeur et ça les rongent, cela crée des blocages et ça ferme assez de portes dans la vie, voilà pourquoi le pardon est libérateur.

Journaliste: votre mot de fin.

Miss Guylene: je remercie le Seigneur, pour tout, car c’est lui qui fait tout chose bonne en son temps, je dis merci à ma mère, et mon père car sans eux je ne serai pas arrivé là, et je vous remercie aussi pour ce moment d’échange vivement que la paix soit avec vous.

Melv Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles