12182017Headline:

Amour, Sexe et poil : entre plaisir et esthétique

 

“Houlala ça dépasse, j’ai besoin de me faire le maillot”, dit-elle.
“Oui, chérie, on dirait la forêt vierge”, répond-t-il.

Scène de vie banale au sein d’un couple de Français en 2014. Et ensemble depuis plusieurs années (fallait-il le préciser ?).

Et pourtant au Japon à la même heure :
“Houlala, ça déborde, tu aimerais que je me fasse le maillot ?”, dit-elle ?
“Non, j’aime ta toison richement fournie chérie”, répond-t-il.

 

Vous riez ? Et bien sachez qu’au pays du Soleil Levant les poils de la foufoune ont une popularité incroyable, qu’ils sont symboles de fécondité et jouent même le rôle de signaux sexuels. Pour espérer faire l’amour avec Takeya (qui signifie “bonne compagnie” en japonais), il faudra donc miser sur une toison libérée. Voire jamais taillée pour monter directement au 7e ciel. Et faire du même coup des jumeaux comme Charlène de Monaco.

L'orgasme !

Mesdames cessez donc de pestiférer contre vos poils. S’ils sont là, ce n’est pas pour vous embêter, mais pour des raisons hygiéniques. Dame Nature a pensé à protéger votre “grotte d’amour” (surnom donné par les Allemands) des méchants microbes en la recouvrant d’une belle fourrure (plus glamour tout de suite). Mais les poils pubiens ont aussi un grand pouvoir érotique. A la vue et à l’odeur. Selon le livre de Ann-Marlene Henning & Tina Bremer-Olszewski “Make love, une éducation sexuelle”, ils auraient même une odeur de musc. Cette senteur aurait un effet d’aimant sur le sexe opposé.

Les poils rasés, ça fait mal.

Note pour plus tard : avoir toujours de l’eau de musc dans son sac.

C’est doux pour éviter les sensations de brûlure liées au frottement pendant l’acte. A contrario d’un pubis entièrement rasé (= effet râpe à fromage) qui pique 12h seulement après lui avoir offert un grand ménage de printemps comme la barbe naissante de votre moitié. Et vous (…)

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment