10172017Headline:

Confidence- Je suis Obligé d’épouser le cadavre de ma fiancée; Les faits

pleure-homme-2

Dans la voiture qui nous conduit au quartier Château d’eau, l’humour et la joie n’étaient pas du tout au rendez vous, bien au contraire, le temps était à l’émotion et aux interrogations. Toute notre vie on avait jamais imaginé vivre ce qu’on s’apprêtait à vivre, moins encore notre ami Blanchard Elenga qu’on accompagnait.

Le rêve de tout homme est celui de fonder un foyer, et vivre une vie familiale paisible comme le veut la nature, mais souvent la réalité nous réserve autre chose. Blanchard Elenga partageait depuis quelques années des bons moments amoureux avec Cheraldine Diafouka, laquelle s’en est allée subitement sans avoir culminé cette belle relation officiellement. Le moment n’était pas encore arrivé selon Blanchard qui a du mal à accepter la réalité, pourtant visible et poignante.

Les parents de Cheraldine avaient mal accepté la grossesse de leur fille sur leur toit, à ce moment la solution pour eux était  que leur fille  rejoigne son petit ami Blanchard à Poto Poto. Blanchard qui n’avait plus de choix ne put que constater la réalité et ouvrir la porte de son studio à son grand amour. Dans cette cour familiale à Poto Poto tout allait bien jusqu’à ce qu’un jour Cheraldine pique une crise et laisse ce monde. Cette mort tant brutale et un peu suspecte va tout bouleverser dans la relation entre les deux familles culturellement très différentes.

La famille de Cheraldine oblige alors  Blanchard  à épouser le cadavre de leur fille et établit une liste pour la Dot au passage. Etonné, Blanchard s’y oppose avant que ses parents ne le convainquent de le faire pour la mémoire de son amour.

Entre costumes, machettes, houes, pagnes, pèles, marmites, lampes à pétrole, etc Blanchard a dû débourser près d’un million de Cfa, sans compter que sa « belle famille » s’est complètement désengagée des obsèques de leur fille.

Quand la voiture s’arrête devant la parcelle de la famille Diafouka, on a remarqué aucune tristesse chez les parents, mais plutôt l’envie de recevoir la Dot, de boire la boisson et de manger. Blanchard qui a dû mal à supporter ce spectacle bâcle la cérémonie, et se sauve du lieu de peur de prononcer des méchantes paroles face au comportement affiché par sa «  belle famille »…Eh oui ! On assisté à un mariage à titre posthume.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment