07252017Headline:

Côte d’Ivoire / sexualité virtuelle : Comment éloigner les jeunes de la perversion; pratique X….

rdc internet

La sexualité nécessite une éducation adéquate. Comment s’y prendre quand parler sexe est presque tabou dans la culture africaine ? Les jeunes Ivoiriens semblent avoir trouvé le palliatif : les nouvelles technologies. Téléphones portables, ordinateurs et autres technologies de
l’information et de la communication œuvrent à leur formation sexuelle. Des addictions et autres conséquences naissent de cette sexualité 2.0.

« Génération Youporn » ou « génération X ». Pourrait-on nommer cette jeunesse dont l’essentiel de l’éducation sexuelle provient des nouvelles technologies. Rencontres sur internet, sites, vidéo, pratique X, etc. Les jeunes sont de plus en plus attirés par l’érotisme qui y est présenté.

Davantage pervertis…

La sexualité est un code. Elle demande l’apprentissage d’un vocabulaire, de pratiques, de la culture du rapport social avec l’autre… Un rapport qui doit être établi et entretenu dans le respect du (ou de la) partenaire.

Autrefois, toutes ces choses étaient expliquées par les aînés, parents et quelques fois dans des magasines. Dorénavant, les jeunes se tournent vers les tablettes, Smartphones… visualisent les images et films pour adultes vulgarisés par les nouvelles technologies. Faisant ainsi acquérir de nouvelles pratiques sexuelles aux filles et jeunes hommes.

Au-delà des conversations érotiques via webcams, appels téléphoniques et autres nouvelles technologies, les jeunes appliquent les scènes vues dans les films X.

Des pratiques non sans conséquences

On le constate, la manière de faire l’amour a changé du tout au tout d’une génération à une autre.

«L’acte sexuel demande de nos jours une dose de sensationnel. On doit faire des choses hors du commun », explique Roland K., la vingtaine à peine révolue. A la recherche de cette sensation, les jeunes n’hésitent pas à faire des « folies ». Par folies, Roland entend « l’exposition de son intimité sur les réseaux sociaux » entre autres. Certains font l’amour virtuellement avec leur partenaire- des personnes quelques fois jamais rencontrées physiquement- via webcam.

‘’La génération X’’ copie textuellement tout ce qu’elle voit dans les films pour adultes. Les jeunes n’analysent nullement ces choses avant de prendre des décisions et les appliquer. Ce, à leurs risques et périls.

Le danger de voir tourner des images et films de soi sur la toile est grand. Des carrières, couples ou des vies entières peuvent partir en fumée à la suite d’une telle diffusion.

Mal informés sur les infections sexuellement transmissibles, les jeunes en contractent massivement. Les grossesses précoces et à risques sont en outre une autre réalité de l’éducation sexuelle 2.0.

Nos jeunes frères et sœurs sont devenus de véritables « sexologues ». Sans l’avis de médecins ni autres professionnels de la santé, ils se livrent à des échanges de ‘’conseils’’ : pratiques sexuelles et pharmacopée afférente. Ils s’administrent des médicaments pour l’interruption de grossesse, des remontants sexuels… s’exposant ainsi à des risques sanitaires énormes tels l’infertilité, priapisme, la mort, etc.

Que faire?

L’absence d’éducateur à la sexualité dans le giron familial oriente les jeunes vers d’autres horizons : les nouvelles technologies.

La démission des parents notamment sur cet aspect de l’éducation de leurs enfants est un fait notoire en Côte d’Ivoire. Les aînés -filles et garçons- n’y souscrivent pas non plus. Il est donc impérieux que l’entourage familial assume son rôle d’informateur et d’instructeur à la sexualité des plus jeunes.

On devra accentuer l’éducation sexuelle dans nos établissements scolaires voire commencer l’enseignement de module sur la sexualité à l’école primaire. En effet, les jeunes s’adonnent de plus en plus à des rapports à un très jeune âge.

Les organisations non gouvernementales et professionnels de la santé doivent cibler les élèves et étudiants dans leurs actions d’information, sensibilisation et de formation sur la sexualité et autres sujets afférents.

Se renseigner auprès de personnes plus âgés ou des services professionnels est la démarche idéale que les jeunes doivent adopter. Ils sont appelés à discuter des questions inconnues ou peu connues avec ceux qui peuvent leur donner une orientation adéquate.

Si on ne peu proscrire internet encore moins les contenus destinés aux adultes, il est nécessaire que chacun s’implique dans l’éducation sexuelle des jeunes afin de les détourner des autres chemins qui les pervertissent de plus en plus. « La nature a horreur du vide », dit-on.

Cyrille Leverbe 

webnews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment