05262017Headline:

CÔTE-D’IVOIRE / Un homme a suivi sa femme la nuit pendant 5h -Ce qu’il a decouvert et ce qu’il a fait

 

DE 21 H À 2H DU MATIN UN HOMME A SUIVI EN DIRECT SA FEMME ET SON VOISIN EN PLEIN ÉBATS : CE QU’IL A FAIT

Une affaire aux relents violents mais cocasse s’est produite tout récemment au quartier « Rive gauche », à Aboisso.

Elle met en scène des familles voisines. La fin de l’histoire est malheureuse pour l’une des parties qui garde encore les séquelles de son agression physique. Et le porteur du coup, est un cultivateur de 53 ans répondant aux initiales S.A. Le tribunal d’Aboisso, en son audience du jeudi 28 mai 2015, l’a condamné à 3 mois de prison ferme.

A la barre, S.A explique n’avoir, en effet, jamais vu d’un bon œil les relations prétendues fraternelles entre sa femme et leur voisin. Mais à chaque fois qu’il fait le reproche à sa dulcinée, celle-ci rétorque que le voisin est tout simplement son frère de la même ethnie. En tout cas, c’est une litanie que le cultivateur ne prend pas pour parole d’évangile. Sa vigilance devient accrue et les plans pour surprendre ceux qu’ils accusent d’avoir des relations sexuelles, il les échafaude à souhait.

Ainsi, un de ces jours, de retour de balade aux alentours de 21h, S.A, alors qu’il n’était pas censé rentrer maintenant, ne trouve pas sa femme à la maison. Sans se poser de question, il se planque à la fenêtre de la chambre de son voisin. Mieux, il plaque son oreille contre la fenêtre, pour identifier les voix qu’il entend dans la pièce. Là, il n’y a l’ombre d’aucun doute. C’est bien la voix de sa femme et celle de son voisin. Toujours selon son récit, il reste là à tout suivre en « live » de 21 h à 2h du matin. Des câlins, à la jouissance en passant par l’orgasme et les causeries amoureuses. Il dit même avoir entendu son voisin prier sa femme infidèle, de regagner le domicile conjugal car il se fait tard.

Les instants d’après, voilà les auteurs du « taper dos » qui sortent de la maison. S.A, tout en rogne, surgit et s’écrit : « aujourd’hui, c’est aujourd’hui ! ». Dans la foulée, il se saisit d’un pilon avec lequel il frappe son voisin à la tête. Le blessant grièvement. Toujours à la barre, le paysan justifie son acte sanglant, par le grand amour qu’il porte à sa conjointe. Une justification qui s’est heurtée au parapluie de l’indifférence de la cour. La suite, pénale pour lui, on la connaît.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment