01172017Headline:

Côte d’Ivoire: Un immeuble du sexe tourne à plein régime-La prostituion ,porno, à gogo…

 

12 femmes au minimum assurent 24/24 un service desexe  en ligne depuisAbidjan  comme constaté par KOACI après une investigation de plusieurs semaines.

Activité dusexe  sensible, nous nous engagerons à n’indiquer aucuns détails pouvant permettre la localisation de l’endroit aussi discret que très bien gardé à travers plusieurs zones de sécurité mise en place.

Trois ressortissants de l’est de l’Europe auraient mis cette affaire en place depuis février dernier. Elle répond à une très forte demande de consommation d’images pornographiques fixes (photo) ou animées (vidéo) sur internet.

L’activité a été découverte à travers une source parallèle. Un jeune tailleur, élément du réseau, qui s’active quotidiennement à produire et fournir des tenues pour le moins particulières que nous avons discrètement suivi jusqu’à un lieu de livraison, lieu à partir duquel nous rencontrerons un individu qui nous permettra, après des semaines de négociations, d’accéder à ce dossier.

Au moins trois confectionneurs de tenues légères ou moins, assurent, à Abidjan, ce besoin.

Logé dans un immeuble d’un quartier classé « rose », bien loin de fait, des regards et des soupçons, en y pénétrant après avoir été fouillés trois fois et démunis de tout objet capable de quelconque capture, notre premier constat nous plonge en plein dans ce monde.

Une jeune femme de teint clair assise sur une chaise décorée, en pleine séance de masturbation devant un ordinateur et camera dernier cris. Face à elle on distingue un homme noir également en pleine masturbation. Un client apparemment américain à son accent.

Sont disposés à terre, un nombre impressionnant d’accessoires qui meublent ainsi la seule pièce dont l’accès nous aura été furtivement permis.

Celle que nous appellerons « Nina », n’ayant eu accès à son identité, n’aura pas le temps de converser avec nous. Deux autres clients en attente nous indiquera t’on, l’a presseront de faire éjaculer le premier pour être à leur tour servis.

Nina présente une belle allure, une belle femme qui, dénouée de ses apparats d’usage, passerait pour « respectable », si tant est que son activité travestisse cette posture.

Lestés de nos montres, nous estimerons à, à peine dix minutes, le temps passé à l’intérieur de l’appartement. Le temps pour nous de croiser une autre femme, tout aussi belle en pleine métamorphose devant un miroir dressé pour se faire.

Selon les informations glanées, nous comprendrons que le service est accessible via des plateformes internet, peut être plusieurs dizaines, des sites via lesquels les transactions (paiements, ndlr) sont effectuées avant d’avoir accès au Graal, un Graal ivoirien international au constat.

Akissi Kouamé, Abidjan

KOACI

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment