11192017Headline:

Témoignage/ Comment j’ai pu tromper mon mari via Facebook

Il n’y a pas que les hommes qui trompent leurs femmes. Contrairement aux idées reçues, par ennui, curiosité, vengeance, déception, désir, les femmes n’hésitent pas non plus à tromper leur partenaire…. Voici le témoignage de Vanessa 28 ans mariée et maman d’une petite fille qui nous raconte comment via Facebook elle a pu être infidèle

Je suis mariée depuis 8 ans à un homme qui est un ami d’enfance, que j’ai beaucoup aimé, mais dont je m’étais lassée depuis environ un an. Nous n’avons qu’un enfant, une fille née l’année même de notre mariage. Jusqu’ici, tout allait bien et nous vivions comme vivent des milliers de couples : entre le travail, les obligations familiales et les rares moments de loisir passés ensemble.
Mon mari est issu d’une famille assez puissante qui a une grande entreprise. Il doit succéder à son père dans son cabinet d’affaires et il travaille beaucoup pour s’affirmer. Moi, je passe mon temps libre sur les réseaux sociaux. Je me suis amusée un soir à causer sur Facebook avec un ami, avec qui j’avais l’habitude de parler. Le courant passait bien entre nous et nous avons joué au jeu de la vérité, je ne sais même pas comment nous y sommes arrivés. Je devais répondre à toutes les questions de plus en plus précises sur ma façon de voir les choses, mon avis sur la relation entre hommes et femmes, mes goûts artistiques, mes avis sur l’amour et la relation amoureuse… Notre conversation a été reprise plusieurs soirs, et malgré moi, je répondais sincèrement à toutes les questions dans tous les détails.

Cela m’a permis de faire une véritable analyse de ma situation de femme de 28 ans pas très satisfaite, plutôt délaissée par un mari qui pensait surtout à son travail et à sa bonne relation avec ses collègues, ce que je n’appréciais pas trop. En attendant, j’étais de plus en plus conquise par cet homme que je ne connaissais pas et qui savait tant de choses de ma vie de femme. Il avait un grand sens de l’humour et savait bien parler aux femmes, tantôt sérieux, compétent, attentif et tantôt aussi avec le mot pour faire rire. Je finissais par penser toute la journée à lui et par attendre comme une adolescente, l’heure de notre rendez-vous. Je n’avais pas besoin de me cacher. C’était le soir ; mon mari est souvent en déplacement, et moi à la maison après le boulot. Il cessa pendant une semaine de m’écrire, ce que j’attendais pourtant, et qui m’a manqué. Un vendredi, il est revenu pour me demander l’autorisation de me téléphoner. J’ai un peu hésité, mais je lui ai accordé cette faveur. J’ai aimé sa voix, ses intonations, ses rires, les sujets qu’il a abordés pendant les 30 minutes de la conversation. Je crois que j’étais déjà amoureuse de cet homme que je n’avais jamais vu. Sa façon d’écrire, sa façon de parler, les sujets que nous abordions me montraient bien que c’était un homme cultivé, pas un plaisantin. Le jour suivant, il m’a demandé qu’on puisse se rencontrer.

On s’est donné rendez-vous dans un parking d’une grande surface de la place. Il devait me reconnaître à ma tenue. On s’est vu cinq minutes ; je n’ai pas été déçue ; lui non plus sans doute. Il m’a pris la main, je me suis laissée embrasser furtivement, et on s’est séparé. Puis le lendemain, on s’est donné rendez-vous dans un bar privé mon mari étant en voyage. Et là, je me suis laissé caresser et j’ai pris beaucoup de plaisir à des jeux sexuels, tout en restant assez passive ; mais j’étais très amoureuse de mon inconnu qui m’était pourtant très familier, mais dont je ne savais rien.

Un jour que mon mari était à un séminaire, je m’étais arrangée pour que notre petite fille aille passer la fin de semaine chez une amie dont c’était l’anniversaire, et on s’est rencontré dans un hôtel. Nous avons sauté le pas, et c‘était très bien,j’avais jamais ressenti de telles émotions mais surtout ses bonnes manières qu’il savait conserver dans ces moments intimes. C’était la première fois que je trompais mon homme, et j’ai été étonnée que cela se passât si facilement sans que ma conscience ne me gronde. En y réfléchissant, j’avais l’impression que mon amour pour lui rendait légitime l’acte que je venais de poser.

Une semaine après, nous avons repris nos conversations sur facebook, et je lui ai dit que je l’aimais et que j’allais confesser notre relation à mon mari. C’est là qu’il m’a dit qu’il m’aimait aussi, mais qu’il était marié. Il allait réfléchir à la façon de présenter les choses à sa femme qu’il prétendait ne pas aimer beaucoup. Quand la semaine suivante, il m’a déclaré qu’il avait parlé à son épouse, j’ai accepté de le revoir. Un mois après ce rendez-vous, on s’est encore vu ainsi 2 ou 3 fois. J’ai compris qu’il négociait avec sa femme les formalités de leur divorce. Je m’éloignais de plus en plus de mon mari qui a commencé à me soupçonner de le tromper.

Puis, le temps passait, ne voyant rien changé, un jour j’ai appelé l’autre femme ; elle n’était pas au courant. Je n’y croyais pas . Quand j’ai confronté mon amant, il m’a dit qu’il ne pouvait pas divorcer et qu’à cause de leur enfant, il ferait tout pour recoller son ménage. Je suis tombée de haut. Cet homme que j’aimais tant, qui m’inspirait une telle confiance, pour lequel j’avais décidé de tout abandonner, se comportait comme un voyou avec des manières de galant homme bien éduqué. Dans l’aveuglement de mon sentiment et sous le charme des bonnes manières et des bonnes attentions, je n’avais rien vu.

Où en suis-je maintenant quelques mois après cet enfantillage commencé un soir que je m’ennuyais? Mon mari est toujours auprès de moi. Ce qui m’a sauvée, d’une séparation c’est l’amitié: le vrai lien entre nous. On se connaît depuis le secondaire, et ma trahison n’a pas entaché l’affection qui nous unit. Mais il faut avouer que ça n’a pas été facile de recoller les morceaux. Quand je pense à cette mauvaise aventure, j’ai honte de ma sottise.

Propos recueillis par Liliane N’goran

ayanawebzine

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment