01212017Headline:

Une femme qui ne ressent aucun orgasme est-elle frigide ?

femme-frigide

Jacques Waynberg : La frigidité est en fait relativement rare. Une femme frigide est une femme qui manifeste une absence totale d’intérêt pour l’amour et le sexe, qui peut même éprouver du dégoût. Cela ne les empêche pas de ressentir des sensations. Mais le plus souvent, elles rejettent ces sensations en bloc, les combattent ou les renient.

Il existe deux formes de frigidités. La frigidité primaire : le sexe n’a jamais représenté aucun intérêt. Il est alors important d’entreprendre un travail sur soi. La frigidité secondaire : elle apparaît à la suite d’une dépression, d’un accouchement ou d’un deuil…

Peut-on éprouver du désir et ne pas connaître l’orgasme ?

C’est tout à fait possible et même très fréquent. Mais là, on ne parle plus du tout de frigidité mais d’anorgasmie ou de dysorgasmie.
Une femme anorgasmique est une femme qui peut éprouver du désir, du plaisir, mais qui n’atteint jamais l’orgasme d’aucune manière que ce soit.
En revanche, une femme dysorgasmique peut avoir des orgasmes, mais le plus souvent par les caresses ou la masturbation, pas par la pénétration. Cela vient souvent de jeux sexuels adoptés pendant l’enfance qui créent ensuite des réflexes persistants à l’âge adulte.

Toutes ces femmes pourront-elles un jour connaître la jouissance par l’orgasme ?

Toutes les femmes pourront apprendre à jouir. Mais si l’orgasme est naturel dans la sexualité masculine, il n’est pas incontournable dans la sexualité féminine. Les femmes ne doivent pas se sentir anormales si elles ne jouissent pas par orgasme. Leur sexualité est plus riche et plus subtile. Elles doivent apprendre à la découvrir, et pour cela, elles doivent à appprendre à se connaître elles-mêmes et surtout à s’aimer. Bon nombre de problèmes sexuels prennent racine dans ce non-amour de soi. Il est essentiel d’accepter son corps, et de s’offrir un droit au plaisir.

En pratique

Le docteur Jacques Waynberg organise chaque samedi des groupes de parole permettant aux femmes anorgasmiques de dialoguer. Celles qui le souhaitent peuvent être orientées, selon leurs besoins, vers une thérapie corporelle ou une psychothérapie.

webnews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment