une prostituée fait des revelations “Je ne manque jamais l’église« J’ai couché avec 5000 hommes ..et..»

Née et élevée en partie au Zimbabwe, une pr0stituée de 64 ans, Sinikiwe s’est rendue dans la banlieue de Hillbrow, à Johannesburg, en Afrique du Sud où les réalités et les difficultés du milieu, l’ont poussée à embrasser le plus vieux métier du monde: La prostitution.

Tout a commencé en 1984, quand un ami lui a dit combien ce métier était bien rémunéré. Elle n’a pas pensé à deux fois.

Aujourd’hui elle vit en compagnie de deux de ses petits-enfants dans une maison faite de pierres et de terre après qu’un incident ait ravagé sa maison et ses biens.

« Je me suis mariée à 16 ans, mais après quelques années, mon mari a commencé à nous négliger après que nous ayons eu cinq enfants », explique-t-elle.

Sinikiwe révèle qu’elle s’est séparée de son mari et est devenue une serveuse à Bulawayo, au Zimbabwe, avant de déménager à Johannesburg où « j’ai rejoint certaines femmes près de Royal Park Hotel où nous attendions les clients jour et nuit et facturons 100R pour nos services.  »

Le prix est resté le même pendant plus de cinq ans « jusqu’à ce qu’il atteigne 15R0 et finalement 20R0 au début de 2010, pendant la Coupe du monde en Afrique du Sud », explique Sinikiwe qui estime pouvoir gérer jusqu’à 40 hommes en « une bonne journée » et « entre Cinq et dix hommes lors d’une mauvaise journée « .

« Jusqu’en 2000, personne ne nous a accordé d’attention lorsque nous avons signalé des cas d’agression. Même la police nous arrêtait au centre-ville sans aucune raison », déclare Sinikiwe, rappelant comment l’arrivée des préservatifs était devenu un cauchemar pour elle, puisque la plupart des hommes préféraient  » le contact direct « et  » forcer un homme à utiliser le préservatif le faisait fuir au profit d’une autre travailleuse de s3xe « .

Sinikiwe, une chrétienne pratiquante et baptisée qui manque rarement l’église le dimanche, envisage de se retirer parce que «aujourd’hui, nous dépendons de clients à long terme. En fait, j’avais commencé une petite activité après avoir obtenu un prêt de 7,000R d’un client local, mais un incendie a ravagé ma maison et magasin en mars. Même ma carte de baptême et d’autres documents ont été brûlés. Cela et d’autres problèmes m’ont replongé dans la prostitution « .

Elle révèle que «coucher avec plus de 10 hommes pour 50 R était une chance exceptionnelle parce que faire 500 R en une journée équivalait à gagner 5000 R aujourd’hui».

Elle ajoute: «Ce fut un long voyage et j’ai couché avec plus de 5 000 hommes depuis plus de 20 ans. J’étais sur le terrain, même mes enfants le savent et me rendait visite fréquemment mais quand ils ont grandis et ont commencé leurs vies de  familles, ils ont cessé de fréquenter Johannesburg « .

« Ce sont les conséquences de l’incendie de ma maison et l’éducation de ces enfants qui m’ont obligé à y revenir. J’espère que les choses changeront un jour et que Dieu me donnera la solution et la force d’abandonner « , a-t-elle déclaré.

afrikmag

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment