09202018Headline:

Vie de couple/Les femmes autorisées à porter la culotte

Les députés ont adopté, hier, le projet de loi portant sur le mariage et qui permet aux deux époux de désigner d’un commun accord le chef de famille. Toutefois, ce projet de loi devra être adopté en plénière, dans les prochains jours.

Les députés membres de la Commission des affaires générales et institutionnelles l’ont décidé hier au cours d’une session ordinaire à l’Assemblée nationale. L’homme n’est plus le maître absolu dans le foyer. La femme peut aussi ‘’porter la culotte’’. Désormais, les époux désignent d’un commun accord le chef de la famille. Le projet de loi portant abrogation de l’article 53 et modifiant les articles 58, 59, 60 et 67 de la loi n° 64-375 du 07 octobre 1964 relative au mariage, telle que modifiée par la loi n°83-800 du 02 août 1983 a été adopté par la Commission des affaires générales et institutionnelles. Sur les 33 députés présents, 18 ont voté pour, 14 contre et 1 s’est abstenu. Les parlementaires qui ont voté contre la loi ont estimé que ce texte ne prenait pas en compte les valeurs culturelles, sociales et religieuses de la société africaine. Présenté par le président de la République et défendu par  le ministre délégué auprès du Premier ministre, garde des Sceaux, ministre de la Justice, Matto Cissé, le projet de loi permet également à la femme d’exercer la profession de son choix, à moins qu’il ne soit judiciairement établi que l’exercice de cette profession est contraire à l’intérêt de la famille.  Selon cette même loi, si l’un des époux ne remplit pas ses obligations, l’autre époux peut obtenir, par ordonnance du président du tribunal du lieu de résidence, l’autorisation de saisir-arrêter et de percevoir, dans la proportion des besoins du ménage, une part du salaire, du produit du travail ou des revenus de son conjoint. Le projet de loi portant modification de l’article 2 de l’ordonnance n° 2011-258 du 28 septembre 2011 relative à l’enregistrement des naissances et des décès survenus a également été adopté en commission. Les déclarations sont reçues pendant un délai de 24 mois à compter de la promulgation de la présente loi, conformément aux lois et règlements sur l’état civil en vigueur. Selon Matto Cissé, cela permettra aux personnes qui n’ont pas pu déclarer leurs parents dans le délai imparti  de le faire.

Adélaïde Konin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment