02222024Headline:

Côte d’Ivoire : les agents de la RTI menacent de grève

Les employés de la Radiotélévision Ivoirienne (RTI) ont soulevé plusieurs problèmes, y compris le manque de progression professionnelle, des coupes dans les salaires et l’omission des paiements supplémentaires. Ils menacent de faire grève si leurs demandes ne sont pas prises en considération.

La tension est palpable à la RTI alors que la Coupe d’Afrique des Nations 2023 approche. Lors d’une réunion à Cocody-Abidjan le 30 novembre, les employés de la télévision nationale ont exprimé leur mécontentement face à divers problèmes, notamment le manque d’évolution professionnelle, les réductions de salaire et l’absence de paiement des suppléments. Cette colère survient à un moment critique, à seulement un mois du début de cette compétition prestigieuse.

En effet, le Syndicat National des Agents des organes secteurs publics et parapublics de l’information (Syninfo) affirme que la nouvelle structure des postes, censée améliorer les conditions de travail, a eu des conséquences négatives. Traoré Nadjibé, le secrétaire général national du Syninfo, a déclaré aux médias : « La nouvelle structure des postes devait revaloriser les salaires. Au lieu de cela, les salaires ont encore été réduits de manière inexplicable. Depuis mars, 385 employés perdent de l’argent, certains à des niveaux extrêmement élevés. Du point de vue syndical, cela n’a aucun sens. »

Une révélation marquante est que la RTI aurait apparemment manqué de percevoir toute redevance de 2015 à 2023, selon le syndicat. Cela aurait conduit à plusieurs mesures de la direction générale, dont le refus de verser des avancements, la déduction d’impôts des primes des travailleurs et la diminution des salaires via une nouvelle structure salariale mise en place en 2023.

Le secrétaire général national du Syninfo a déploré : « La direction générale manque de transparence. » De plus, il souligne que les employés de la RTI se sentent injustement traités, surtout dans un contexte où le président ivoirien a encouragé des discussions salariales avec le secteur privé pour contrer la hausse du coût de la vie. « Cependant, à la RTI, le principal média d’État, on nous dit que ‘les finances ne sont pas bonnes », a-t-il ajouté.

Les demandes des employés de la RTI sont claires et non négociables : le rétablissement immédiat des paiements supplémentaires, le rajustement d’un salaire selon les normes nationales et le respect des engagements financiers envers les employés, notamment ceux proches de la retraite.

What Next?

Recent Articles