02052023Headline:

L’élégance, un prix pour tous chez des particuliers

Grâce à un travail de collecte rigoureux, la nouvelle plate-forme de vente de vêtements de seconde main Sapé.e propose des pépites à des prix abordables.

Où s’habiller pas cher avec des vêtements de qualité ? C’est cette difficile équation que Mehdi Zerroug entend bien résoudre en lançant une plate-forme de vente en ligne de produits de seconde main, baptisée Sapé.e.

Alors que les marges des friperies des grandes villes explosent et que la fast-fashion prospère grâce au polyester, Sapé.e propose une qualité à toute épreuve de vêtements abordables. Sur le site, on peut aussi bien trouver un blouson Gucci à 60 euros ou un manteau Burberry à 100 euros qu’un tricot bien chaud à 20 euros…

Pour cela, le site s’appuie sur une expertise interne bien rodée en matière de collecte et de tri des vêtements. En 1957, le grand-père de Mehdi Zerroug crée la société Framimex, spécialisée dans l’import-export de textiles. Après-guerre, il importe des Etats-Unis des jeans, des chemises à carreaux… récupérés auprès des ménages américains, qu’il revend en France à des prix dérisoires.

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du monde est strictement interdite.

Pour cela, le site s’appuie sur une expertise interne bien rodée en matière de collecte et de tri des vêtements. En 1957, le grand-père de Mehdi Zerroug crée la société Framimex, spécialisée dans l’import-export de textiles. Après-guerre, il importe des Etats-Unis des jeans, des chemises à carreaux… récupérés auprès des ménages américains, qu’il revend en France à des prix dérisoires.

Dans les années 1990, la branche Ecotextile est créée pour développer en France un système de collecte de vêtements à l’aide de conteneurs spéciaux mis en place en partenariat avec les collectivités locales. Chaque jour, à présent, ce sont 40 tonnes de textile qui arrivent ainsi en Picardie, où est installée l’entreprise, « soit l’équivalent de quatre semi-remorques », précise Mehdi Zerroug. C’est ce volume qui permet à Sapé.e de proposer des prix raisonnables – même si cela implique de renoncer à des marges élevées, dans un souci éthique.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles