05162022Headline:

Coup d’Etat Militaire : l’UE demande la libération sans condition de Roch Kaboré

Comment l’UE réagit-elle au coup d’État au Burkina ? Va-t-elle emboîter le pas à la Cedeao et sanctionner le Mali ? Entretien avec Emanuela Claudia Del Re, représentante de l’UE pour le Sahel, à la veille d’un sommet entre la diplomatie européenne et les pays du G5 Sahel, rapporté par J.A.

C’est une réunion cruciale qui doit se tenir ce mercredi 26 janvier sous l’égide de Josep Borrell, le Haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères et la politique de sécurité]. Les chefs de la diplomatie européenne rencontrent leurs homologues des pays du G5 Sahel dans un contexte particulièrement tendu en Afrique de l’Ouest. Le coup d’État mené par les hommes du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a débouché sur la chute du désormais ex-président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, sera au coeur des discussions. Tout comme la situation politique au Mali voisin, et les tensions diplomatiques croissantes entre Bamako et ses alliés occidentaux, sur fond de suspicions de plus en plus fortes autour d’un déploiement de mercenaires de la société russe Wagner.

À la veille du sommet, l’Italienne Emanuela Claudia Del Re, représentante de l’UE pour le Sahel, affirme d’ores et déjà que l’Europe soutient les sanctions prises par la Cedeao à l’encontre de Bamako et laisse entendre qu’elle emboîtera le pas de l’organisation ouest-africaine. Évoquant la situation au Burkina Faso, où elle dit avoir observé des « signes préoccupants » depuis plusieurs mois, elle appelle à la remise en liberté du président déchu et enjoint au respect de l’ordre constitutionnel.

Comments

comments

What Next?

Related Articles