09242020Headline:

CPI, crise interne… Tout se complique pour Blé Goudé et Gbagbo

gbagbo et blé

CPI, crise interne… Tout se complique pour la maison bleue

Blé Goudé, comme son mentor

Comme son parrain Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé devra faire face à la Cour pénale internationale (CPI) dans le cadre d’un procès. C’est ce que fait savoir L’Inter. « Tout se complique pour le camp Gbagbo : les charges confirmées contre Blé Goudé », livre le journal à sa Une. « On s’achemine vers un procès dans l’affaire Charles Blé Goudé. La Chambre préliminaire 1 de la Cour pénale internationale a confirmé, hier, quatre charges de crimes contre l’humanité à l’encontre du chef des jeunes patriotes, et l’a renvoyé en procès devant une Chambre de première instance. La décision était attendue pour mi-décembre au plus tard, l’audience de confirmation des charges ayant eu lieu du 29 septembre au 2 octobre 2014. Selon les informations fournies par la Cpi et disponibles sur son site internet, les juges ont « soigneusement examiné » les éléments de preuve soumis par les parties, qui comprenaient plus de 40 000 pages de preuves documentaires, y compris les déclarations de 134 témoins, et plus de 1 200 éléments audio et vidéo », explique le journal. Concernant cette procédure, Soir Info choisit de se pencher sur l’opinion de l’une des juges qui, comme dans l’affaire Gbagbo s’est opposée à la confirmation des charges. « Cour pénale internationale : une juge s’oppose au jugement de Blé Goudé », livre le journal à sa Une. Selon le journal,« Charles Blé Goudé sera jugé par la Cour pénale internationale (Cpi). Sauf si sa défense interjette appel et qu’elle obtient gain de cause. C’est que, hier jeudi 11 décembre 2014, la Chambre préliminaire I de la Cpi a confirmé quatre charges de crimes contre l’humanité à son encontre et l’a renvoyé en procès devant une chambre de première instance. L’information a été transmise à la presse par l’Unité des affaires publiques de la Cpi. La Chambre préliminaire I, faut-il le savoir, est composée de la juge Silvia Fernández de Gurmendi (Argentine), juge présidente, de la juge Ekaterina Trendafilova (Bulgarie) et de la juge Christine Van den Wyngaert (Belgique). C’est cette dernière qui a adopté une opinion dissidente. Elle n’est pas allée dans le même sens que ses deux collègues. Toutefois, étant seule contre deux, la décision de la majorité a été retenue, renvoyant Blé Goudé en procès ».Blé Goudé n’est pas le seul à être concerné par une procédure à la CPI. C’est également le cas de Simone Gbagbo. L’ex-Première dame est toujours réclamée à La Haye. Le Nouveau Courrier qui accorde sa Une à la question s’interroge sur l’attitude que va adopter le pouvoir ivoirien sur la question. « Ouattara-va-t-il franchir la ligne rouge ? », s’interroge le journal qui écrit que, « si Ouattara décide d’emmener l’ex-Première dame à la CPI, il ouvre également la boite de pandore ».

C’est toujours chaud au FPI

Malgré les assurances du comité d’organisation, le 4è Congrès ordinaire du Front populaire ivoirien (FPI) n’a pu avoir lieu. Soir Info qui s’intéresse à la question indique ce qui s’est passé au siège provisoire du parti. « Fermé depuis la publication d’un communiqué de Pascal Affi N’Guessan, le mercredi 9 décembre 2014, le siège provisioire du Front populaire ivoirien (Fpi), ex-Qg de campagne de Laurent Gbagbo situé à Cocody-Attoban, était toujours inaccessible hier, jeudi 11 décembre 2014. Au moment de notre passage aux alentours de 11 h, moins de 10 éléments de la Police nationale étaient postés à l’entrée du bâtiment dont les portes étaient fermées. Ce dispositif sensiblement allégé par rapport à celui de mercredi était composé de policiers du 30è arrondissement de Cocody ainsi que de certains éléments de la Compagnie républicaine de Sécurité (Crs) », décrit le quotidien.De son côté, L’Expression croit savoir que cette situation consacre la victoire d’Affi N’Guessan. « Report du Congrès du FPI : comment Affi a maté sa rébellion », livre à sa Une le quotidien. « On peut l’affirmer sans aucun risque de se tromper. Avec le report effectif constaté hier du 4è Congrès du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N’Guessan est le seul maitre à bord du navire bleu », commente le journal.Quant à Le Temps, il estime qu’avec cette attitude, le patron du FPI a « définitivement tourné le dos à la lutte ». « On voit que même les aveugles voient qu’Affi, par ses faits seulement, confirme son complot avec Ouattara ».

Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles