03252017Headline:

CPI- L’ancien chef de la diplomatie française veut aider Gbagbo

Les deux hommes déjà en contact

roland-dumas-laurent-gbagbo

PARIS: Attorney Roland Dumas .A 92 ans, Roland Dumas ne semble pas avoir perdu de sa verve. Ancien président du Conseil constitutionnel, ce proche de François Mitterrand pense être toujours bon pour le service. Et l’occasion semble être toute trouvée. L’ancien chef de la diplomatie française veut aider son ami Laurent Gbagbo, incarcéré à la Haye, et en attente de son procès. Selon le journal ”L’express”, l’avocat de profession envisage d’apporter son concours à la défense de l’ex-président de la Côte d’Ivoire, appelé à comparaître à partir du 10 novembre prochain devant la Cour pénale internationale, si l’intéressé en émet le souhait. «Je reste en contact avec lui. Je lui ai fait passer mon dernier bouquin; il m’a envoyé le sien», a dit l’avocat français. Le dernier livre de Roland Dumas est intitulé ”Politiquement incorrect. Secrets d’Etat et autres confidences. Carnets 1984- 2014”. Ce livre fourmille d’anecdotes prises dans le feu de l’action, mais aussi de ré- flexions sur l’art de gouverner d’un «monarque» dont il a recueilli les confidences parfois déroutantes. Mais, le plus passionnant, ce sont les notes personnelles d’un homme qui ne craint pas de révéler ses doutes, ses cas de conscience, voire ses contradictions. Pour lui, la diplomatie, c’est d’abord et avant tout éviter la guerre dont il a tant souffert, quitte à aller au contact des dictateurs. Les «bien-pensants», comme il dit, lui reprochent de s’y être brûlé les ailes. Il s’en explique sans langue de bois. C’est cet homme aux positions incisives et sans complaisance qui a dé- cidé d’apporter sa pierre pour le triomphe de la vérité et la libé- ration éventuelle de l’ancien chef de l’Exécutif ivoirien. En attendant son éventuel apport, la défense de Laurent Gbagbo est toujours composé de Me Emmanuel Altit, avocat principal et de Me Agathe Bahi Baroan. Le 11 mars 2015, la Cpi avait décidé de joindre les affaires Gbagbo et Blé Goudé. Ces deux personnalités sont accusés de quatre charges de crimes contre l’humanité que constituent le meurtre, le viol, les autres actes inhumains ou, à titre subsidiaire, la tentative de meurtre, et la persécution perpétrés dans le contexte des violences post-électorales en Côte d’Ivoire. Les charges ont été confirmées à leur encontre les 12 juin 2014 et 11 décembre 2014 respectivement et leurs procès assignés à la Chambre de première instance I. Ami de Laurent Gbagbo, Roland Dumas était au côté du défunt Jacques Vergès, et a plaidé la cause de Gbagbo à plusieurs reprises, notamment lors de la crise post-électorale. Roland Dumas avait expliqué à l’époque qu’il était venu à Abidjan avec Me Vergès pour «étudier» la situation dans le pays et faire un ”Livre blanc”. Laurent Gbagbo «est devenu un symbole», car il «représente une Afrique nouvelle, une Afrique qui ne s’incline pas», «et c’est ça qui est intolérable pour les dirigeants français», avait ajouté, pour sa part, Jacques Vergès. Le soutien apporté à Laurent Gbagbo par Roland Dumas avait, en son temps, créé un malaise au sein du parti socialiste, qui avait pris position en faveur d’Alassane Ouattara au début de la polémique. A 5 mois du début du procès de l’ancien président ivoirien, cette sortie de Roland Dumas risque encore d’envenimer les choses.

Cyrille DJEDJED

Source : L’Inter N°5106 du Vendredi 19 Juin 2015

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment