07162019Headline:

Egypte/Scandale: l’administrateur d’une page Facebook pro-Moubarak placé en détention pour “diffusion de fausses informations”

Le parquet général égyptien a placé en détention pour une période de 15 jours l’administrateur d’une page Facebook favorable à l’ex-président déchu Hosni Moubarak pour “diffusion de fausses informations”, a indiqué jeudi une source judiciaire.

Karim Hussein est l’administrateur de la page “Asef ya rayes” (Désolé M. le président) créée en février 2011 et suivie par plus de trois millions d’internautes.

M. Moubarak a été renversé en février 2011, après près de 30 ans au pouvoir, lors d’un soulèvement populaire qui a secoué l’Egypte dans le contexte du Printemps arabe.

M. Hussein a été placé “en détention pour 15 jours aux fins de l’enquête”, a indiqué la source judiciaire.

“Le parquet général l’a accusé de diffuser de fausses informations, de tromper l’opinion publique par des informations mensongères, d’usage abusif des réseaux sociaux et de nuire à la sécurité publique”, a-t-elle précisé.

L’équipe de cette page Facebook a confirmé que M. Hussein “a été emmené par des services de sécurité pour répondre à des questions liées à la page”.

Dans un communiqué, elle précise ignorer quel contenu est reproché à l’administrateur, ajoutant que les autorités “étaient dans leur droit inhérent d’interroger n’importe quel citoyen”.

Le placement en détention de M. Hussein intervient quelques jours après la diffusion sur sa page d’une vidéo d’archive où l’ex-président Moubarak dit refuser de supprimer les subventions publiques afin de préserver “le citoyen pauvre”. La vidéo a été partagée plus d’1,5 million de fois.

Le gouvernement du président actuel, Abdel Fattah al-Sissi, mène, sous l’égide du Fonds monétaire international (FMI), une politique d’austérité très impopulaire visant notamment à réduire de manière drastique les subventions d’Etat.

Les Egyptiens se plaignent quotidiennement de l’inflation depuis la mise en place de ces politiques en 2016.

Le chef de l’Etat, au pouvoir depuis 2014, est accusé par nombreuses ONG de mener une répression tous azimuts contre toute forme de voix discordantes.

En septembre 2018, il a promulgué une loi qui permet de surveiller étroitement les comptes d’utilisateurs de réseaux sociaux les plus suivis.

L’accusation de “diffusion de fausses informations” est régulièrement utilisée contre des dissidents ou des défenseurs des droits humains.

L’Egypte nie les accusations des ONG, assurant vouloir préserver la “sécurité” et la “stabilité” du pays.

Lire sur France24

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment