09202020Headline:

France 70 000 euros d’avance pour faire « trem­bler » le President François Hollande

Francois hollande

Qui a dit que la poli­tique ne payait pas? Aqui­lino Morelle, ancien conseiller de François Hollande s’apprête à écrire un livre dans lequel il vise le président de la Répu­blique. Son éditeur lui aurait même versé 70 00 euros d’avance selon le Canard Enchaîné.

Valé­rie Trier­wei­ler et son livre Merci pour ce moment ont semble-t-il donné des idées à d’autres proches du président de la Répu­blique. A l’un d’entre eux en tout cas. Aqui­lino Morelle, ancien conseiller poli­tique de François Hollande et chef du pôle commu­ni­ca­tion à l’Elysée s’apprête à rédi­ger son propre ouvrage. Le Canard Enchaîné assure d’ailleurs que les éditions Gras­set ont d’ores et déjà versé une avance de 70 000 euros à l’ex-éminence grise du chef de l’Etat.

Aqui­lino Morelle a dévoilé très peu d’éléments au sujet de son livre. Il n’a pas encore précisé quel pour­cen­tage de l’ouvrage a déjà été écrit ou bien même quel en serait le titre. Au mois de septembre dernier, l’ex conseiller poli­tique a cepen­dant déclaré à l’Obs, « ça peut saigner. Il tremble, François! ». Il n’a pas indiqué pour autant si l’ensemble de l’œuvre concer­nera le parcours du président. Il dispose en tout cas de tous éléments néces­saires pour nuire à l’image du chef de l’Etat. « Je l’ai vu nu, plus bas que terre, je l’ai ramassé à la petite cuillère. Peu à peu, il s’est relevé. Alors, il n’a plus supporté mon regard ».

Son renvoi de l’Elysée a pour­tant été justi­fié par tout autre chose. Le 17 avril dernier, le site Media­partpublie une enquête fouillée inti­tu­lée Les folies du conseiller de François Hollande. L’article s’inté­resse à l’année 2007, époque à laquelle Aqui­lino Morelle travaille pour l’Inspec­tion géné­rale des affaires sociales (IGAS). Il y est chargé de rédi­ger un rapport sur « l’enca­dre­ment des programmes d’accom­pa­gne­ment des patients asso­ciés à un trai­te­ment médi­ca­men­teux ». Le hic selon Media­part, est que cette étude a été finan­cée par des entre­prises phar­ma­ceu­tiques, et qu’à l’époque, Morelle travaillait pour l’une d’entre les, le labo­ra­toire danois Lund­beck. 24 heures après la publi­ca­tion de cet article, Aqui­lino Morelle était renvoyé de l’Elysée pour conflit d’inté­rêt. Il prépare sa revanche depuis. Et le livre à venir promet d’en faire trem­bler plus d’un.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles