10312020Headline:

France Une miss a été éliminée pour avoir fait du porno

miss eliminer

Alors que la très propre-sur-elle Camille Cerf arbore dans tous les médias son sourire impeccable et sa couronne de miss France, une autre candidate a été éliminée comme la dernière des traînées.

Il y a la compétition officielle, et il y a le sous-prolétariat des Miss. L’élimination dont nous allons parler concerne plutôt cette seconde catégorie. Il s’agit de l’élection de Miss Grand Troyes à la salle des fêtes de Pont-Sainte-Marie.

C’est un ami vivant à Troyes qui m’a transmis un article ahurissant paru dans Est Eclair, relatant le mépris avec lequel avait été évincé une candidate. Motif ? La malheureuse a tourné dans quelques vidéos pornographiques. L’article précise que « les images sont en ligne sur un site internet« , dont on imagine bien que tout ce petit microcosme prompt à condamner s’est refilé le lien. Comme d’habitude, c’est la délation qui est à l’origine de cette affaire. Alors que le même journal présentait quelques temps auparavant les neuf candidates, des internautes se sont empressés de la dénoncer. Des balances, qui après s’être bien rincé l’oeil, ont jeté au bûcher la catin. Bravo.

A la lecture de l’article, on comprend que tout s’est emballé jusqu’à prendre des proportions grotesques. Les organisateurs de la compétition sont dépeints comme « sous le choc« , la présidente est « émue et déçue« , rien que cela. Comme si la région toute entière était soudainement marquée du sceau de l’infamie.  Elle affirme que « pour les familles, pour les autres filles qui se présentent, on ne peut pas la laisser participer ». Non, c’est vrai, elle risquerait de contaminer tout le monde. On ne sait jamais. Et puis les bénéfices doivent être reversés au Téléthon, ultime argument, comme si franchement les familles des enfants malades en avaient quelque chose à cirer qu’un jour une ancienne actrice porno ait participé à une compétition dont la plupart d’entre eux n’ont jamais entendu parler. Ce qu’ils veulent c’est que leurs gamins guérissent, point barre. Sans vouloir faire du mépris de classe sociale, je rappelle qu’il s’agit d’une élection qui se déroule lors d’un dîner-dansant dans une salle des fêtes. On n’est loin de la consécration suprême, il faudrait peut-être songer à se calmer et faire preuve d’un minimum d’empathie vis à vis des TRÈS jeunes filles qui se présentent (pour information la Miss Grand Troyes élue cette année n’a que 18 ans). Si ces gens avaient été bien élevés, ils seraient restés discrets, n’en auraient pas fait état auprès de la presse locale, de manière à ne pas la  stigmatiser et la montrer publiquement du doigt comme la dernière des traînées. Eventuellement, ils auraient fait en sorte de ne pas l’élire à la première place pour ne pas trop ébruiter l’affaire. La présidente de l’association a annoncé vouloir durcir les règles l’an prochain « et faire passer différents tests aux candidates ». Un certificat de virginité peut-être ?

Comments

comments

What Next?

Recent Articles