12142018Headline:

G5 Sahel, Françoise Parly prend les choses en main…

L’opérationnalisation du G5 Sahel peine à atteindre sa vitesse de croisière. Raison pour laquelle Françoise Parly a effectué une visite de 48 heures au Tchad, les lundi et mardi derniers, pour donner un coup de pouce à cette force antiterroriste.

La menace terroriste est encore persistante dans la sous-région ouest-africaine. En dépit d’une baisse relative des attaques jihadistes, les autorités françaises estiment que les attentats pourraient reprendre de plus belle avec la saison sèche qui s’annonce. Aussi, la ministre française des Armées, Françoise Parly, s’est rendue à N’Djamena, la capitale tchadienne, les lundi 8 et mardi 9 octobre dernier, en vue de booster la lutte contre le terrorisme dans la région sahélienne.

A cet effet, l’émissaire d’Emmanuel Macron entend redynamiser la force conjointe du Groupe des 5 pays pour la sécurisation du Sahel (G5 Sahel). « L’équipement de la force conjointe (du G5 Sahel) est encore très insuffisant », a-t-elle reconnu, avant d’ajouter : « Mais la force n’est pas inactive, loin s’en faut. »

La ministre française entend toutefois œuvrer au redéploiement de cette force, composée de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Niger, du Mali et du Tchad, en vue de traquer les terroristes jusque dans leur dernier retranchement afin de les bouter hors de la région ou, au démeurant, réduire leur capacité de nuisance. Française Parly était également au Mali et au Niger, en juillet dernier, pour marquer son soutien à cette force antiterroriste.

Notons que lors de la conférence des donateurs à Bruxelles, en juillet, le G5 Sahel avait récolté un financement de 414 millions d’euros, le 23 février 2018, pour son opérationnalisation. Cependant, cette force conjointe demeure quasi-muette face à l’avancée des terroristes au nord du Faso et dans la région sahélienne.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment