05252022Headline:

Guerre en Ukraine: la reconnaissance faciale pour contrer la propagande russe

Le gouvernement ukrainien a décidé d’identifier les soldats ennemis tombés au combat et de prévenir leurs familles en Russie. Pour ce faire, Kiev dit utiliser un logiciel de reconnaissance faciale.

La Russie a reconnu, vendredi 25 mars, la mort de 1 351 de ses soldats depuis le début de l’invasion en Ukraine. Le précédent bilan datait du 2 mars. Il faisait état de 498 morts. Cette rare communication sur les pertes russes constitue l’une des facettes du narratif de Vladmir Poutine qui prétend ne pas mener une guerre en Ukraine, mais une « opération spéciale ».

Un « mythe » que les autorités ukrainiennes entendent dissiper grâce à l’intelligence artificielle. Le vice-Premier ministre ukrainien, Mykhailo Fedorov, a ainsi écrit mercredi sur l’application de messagerie Telegram que son pays utilisait cette technologie pour comparer les profils des soldats russes sur les réseaux sociaux aux photos de leurs dépouilles et pour avertir les proches de leur mort.

Le système de reconnaissance faciale en question a été développé par Clearview AI. Cette entreprise américaine a proposé ses services gratuitement au gouvernement de Kiev. Elle affirme que sa base de données compte deux milliards d’images issues de VK, l’équivalent russe de Facebook.

Voilà pour la théorie. Mais dans la pratique, l’utilisation de la reconnaissance faciale comme outil de guerre pose plusieurs problèmes. Au-delà des questionnements autour de la protection de la vie privée, les experts alertent sur le fait que le risque d’erreur de cette technologie est considérable. Les blessures du champ de bataille notamment sont susceptibles d’altérer fortement les traits du visage. Les erreurs dans l’identification des morts seront alors inévitables. Or, annoncer le décès d’un soldat russe à sa famille alors qu’il est vivant pose un véritable dilemme éthique, estiment les spécialistes.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles