04192021Headline:

Inde: une femme s’est plainte de saigner des yeux, les medecins font un constat

Dans un cas médical rare qui a laissé les médecins stupéfaits, une femme s’est plainte de saigner des yeux. Oui, cela ressemble à une histoire à dormir debout, mais c’est vrai. Cette femme mariée de 25 ans s’est récemment rendue aux urgences d’un hôpital de Chandigarh en Inde, après avoir constaté des larmes de sang couler de ses yeux. Il est intéressant de noter qu’elle ne souffrait d’aucune douleur ou gêne. Elle avait déjà vécu la même chose un mois auparavant.

Elle a subi plusieurs tests pour déterminer la cause de ses saignements d’yeux, mais les résultats n’ont montré rien d’anormal. Elle n’avait aucune blessure aux yeux, et elle n’avait pas d’antécédents familiaux d’hémorragie oculaire ou de problèmes oculaires.

Alors, quelle était la véritable cause ?

En examinant le cas de plus près, les médecins ont décelé un certain schéma. Ils ont finalement réalisé que les deux fois où la femme a saigné des yeux, elle avait ses règles. Après avoir écarté toutes les autres causes probables, les médecins ont diagnostiqué une menstruation par procuration oculaire.

Qu’est-ce que la menstruation par procuration oculaire ?

Selon Medizzy, il s’agit d’une affection extrêmement rare qui se définit comme « un saignement cyclique dans les organes extra-utérins pendant les menstruations ». Des saignements peuvent également se produire au niveau des lèvres, des yeux, des poumons, de l’estomac et, le plus souvent, du nez.

Après que la femme a été diagnostiquée, son cas a été mis en évidence dans le British Medical Journal, où les auteurs ont expliqué comment les changements hormonaux pendant les menstruations affectent la « perméabilité vasculaire » de certaines parties du corps, ce qui entraîne des saignements.
« On considère que les menstruations vicariantes sont dues à la réponse du système vasculaire aux hormones en présence ou en l’absence de tissu endométrial à des sites extra-utérins, bien que sa physiopathologie exacte ne soit pas très claire. Les œstrogènes et la progestérone peuvent augmenter la perméabilité des capillaires, ce qui entraîne une hyperémie, une congestion et des saignements secondaires provenant du tissu extra-utérin », écrit le journal.

La patiente est soignée avec des contraceptifs oraux contenant une combinaison d’œstrogènes et de progestérone.

afrikmag

Comments

comments

What Next?

Recent Articles