12012022Headline:

Iran: pas de clémence pour les manifestants arrêtés

Les manifestations continuent en Iran. Hier, jeudi 13 octobre, des étudiants se sont rassemblés à l’université de Téhéran et ont insulté un garde de sécurité qui pointait son arme dans leur direction. Une scène que l’on peut voir dans une vidéo qui circule sur internet. Le régime des mollahs ne semble en tout cas pas décidé à baisser la garde. L’ordre a même été donné à la justice de ne pas faire preuve de clémence à l’égard des manifestants arrêtés.

Selon le site du pouvoir judiciaire, Mizan Online, les juges ont reçu pour consigne de ne pas prononcer de peines faibles contre les principaux éléments des émeutes. Mais, dans le même temps, le pouvoir judiciaire a affirmé que la justice ferait preuve de clémence à l’égard des manifestants qui n’étaient pas impliqués dans les actes de sabotage.

Ce sont environ 1 700 manifestants qui ont été libérés ces derniers jours, selon un responsable de la justice iranienne, alors qu’on peut estimer le nombre des arrestations à plusieurs milliers de personnes au cours des quatre dernières semaines.

 

Une ampleur minimisée ?
Les médias officiels iraniens et le pouvoir continuent à minimiser l’ampleur de la contestation. Le président iranien, Ebrahim Raïssi, est accusé par les États-Unis de vouloir déstabiliser le pays en soutenant les manifestants.

Le pouvoir iranien semble déterminé à confronter les manifestants, même si des voix s’élèvent pour affirmer que les autorités devaient composer avec la jeune génération. Ainsi, l’ancien président du Parlement iranien, le conservateur Ali Larijani, a affirmé que « lorsque 50% des femmes étaient opposées à l’obligation du port du voile, le pouvoir devait changer son attitude ».

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles