11202017Headline:

La Corée du Nord accuse les Etats-Unis de l’avoir privée d’Internet

La Corée du Nord accuse les Etats-Unis de l'avoir privée d'Internet

Samedi, la Corée du Nord a lancé des accusations contre les Etats-Unis. Ils auraient privé Pyongyang de connexion internet en début de semaine. Barack Obama est qualifié de “singe” par les autorités pour avoir encouragé la projection du film L’interview qui tue!

Qui pirate qui, qui coupe internet à qui? Pyongyang et Washington continuent leur bataille. Ce samedi, la Corée du Nord accuse les Etats-Unis d’avoir privé le pays d’Internet cette semaine, un mois une attaque informatique des studios Sony, à l’origine de L’Interview, la comédie de la discorde mettant en scène l’assassinat de Kim-Jong-Un.

La Corée du Nord a été brièvement privée de connexion Internet mardi, au lendemain d’une première coupure générale de neuf heures qui pourrait avoir été orchestrée en représailles au piratage.

Obama, “singe”, “gangster” et despote

Encore mieux, le président américain est qualifié de “singe”. “Barack Obama est toujours imprudent en paroles et en actes comme un singe dans une forêt tropicale”, affirme la Commission nationale de défense nord-coréenne (NDC), accusant le dirigeant d’avoir incité les salles de cinéma à mettre le film “L’interview qui tue!” à l’affiche le jour de Noël.

Et les déclarations tournent à la menace: “Si les Etats-Unis continuent à être arrogants, despotiques et à utiliser des méthodes de gangster en dépit des avertissements répétés (de la Corée du Nord), ils devront garder à l’esprit que leurs actions politiques ratées entraîneront inéluctablement des coups mortels”, a affirmé un porte-parole.

Une sortie approuvée par Obama

Il y a un mois, les studios Sony ont fait l’objet d’une attaque informatique massive que le FBI a attribuée après enquête à la Corée du Nord. Pyongyang, qui s’était ouvertement déclaré hostile à la sortie de “L’Interview qui tue!”, une comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un, avait nié.

Après avoir annulé dans un premier temps la sortie du film prévue le 25 décembre, Sony avait finalement fait volte-face et programmé sa sortie dans certaines salles de cinéma aux Etats-Unis le jour de Noël, et sur internet dès le 24 décembre.

Barack Obama avait répété que Sony n’aurait pas dû annuler la sortie du film.

lexpress.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment