08172017Headline:

La dépouille de Amedy Coulibaly; le maire de Fontenay n’en veut pas

amedy couli
Évidemment, personne n’a envie d’accueillir la dépouille d’un terroriste. Et pour l’instant, personne ne sait d’ailleurs où sera inhumé Amedy Coulibaly, à qui l’on doit la mort de la policière municipale de Montrouge et celle de quatre clients de l’épicerie casher de la porte de Vincennes.

« Il n’y a eu aucune demande d’inhumation pour le moment… et cela nous arrange bien », reconnaissait lundi Laurent Vastel, maire (DVD) de Fontenay-aux-Roses, où l’homme était installé avec sa femme.

L’élu fait néanmoins savoir que, s’il est sollicité, il refusera d’enterrer Coulibaly dans la commune : « Je n’ai pas envie que notre cimetière devienne un lieu de pèlerinage pour fanatiques. Et de toute manière, nous n’avons pas de carré musulman. » La loi prévoit pourtant que tout défunt soit enterré dans la commune où il vivait, dans celle où il est mort ou encore là où est installé le caveau familial. Mais le maire de Fontenay a fourbi ses arguments : « Aucun acte ni document ne rattache officiellement Amedy Coulibaly à la ville, avance-t-il. Ce qui me donne les moyens de refuser toute demande. » Selon l’élu, le bail de l’appartement, notamment, est au nom d’Hayat Boumeddiene, la compagne du terroriste. Et le couple ne s’est jamais marié civilement, mais uniquement religieusement. Le nom d’Amedy Coulibaly serait donc inconnu des registres de la ville.

Laurent Vastel avait déjà eu à canaliser une vague d’inquiétude au lendemain des attaques. Les habitants découvraient leur terrifiant voisin et s’affolaient d’avoir affaire à d’éventuels complices. L’espace d’un week-end, des SMS incitant les parents d’élèves à ne pas mettre leurs enfants à l’école ont circulé. Depuis, la ville a mis en place un dispositif renforcé pour encadrer davantage la sortie des écoles, rassurer les parents et permettre aux esprits de s’apaiser. En Essonne, les villes de Grigny et Viry, où est installée la famille Coulibaly, disaient hier ne pas avoir été sollicitées non plus. Tout comme Paris, où le terroriste a été abattu.

Ce week-end, le maire de Gennevilliers a « appliqué la loi » en enterrant Chérif Kouachi dans le carré musulman du cimetière. Conformément aux souhaits de la mairie, la tombe de l’auteur de la tuerie de « Charlie Hebdo » est « anonyme » pour qu’elle ne soit pas un « lieu de pèlerinage ». La cérémonie a eu lieu samedi soir, un peu avant minuit, en nombre restreint. Sa femme n’a pas souhaité y participer. Patrice Leclerc, maire (PC), a toutefois refusé que le frère de Chérif, également auteur du massacre de « Charlie », soit enterré dans la ville, le renvoyant à Reims, où Saïd Kouachi habitait.

Le titre est de la rédaction

Le Parisien

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment