11182017Headline:

Le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris : La leçon de Donald Trump aux présidents africains

Le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat est à la fois un coup dur pour la planète et un bel enseignement pour nos présidents africains.

«J’ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris». C’est ainsi que le président américain a justifié son retrait de l’accord sur le climat, pourtant signé par son prédécesseur. Le précieux “parchemin’’ présenté comme historique est bien trop contraignant pour les Etats-Unis, deuxième plus gros pollueur mondial, estime Donald Trump. C’est «un boulet aux pieds des Etats-Unis», a-t-il dit à ce sujet. Il veut donc le renégocier.

Habitué des décisions impopulaires, cette fois, Trump a franchi un nouveau palier. Au prétexte de protéger des emplois dans l’industrie automobile, la sidérurgie, le gaz et le charbon, l’homme d’affaires devenu président s’est attiré les foudres de toute la planète.

Au-delà du caractère « criminel et stupide de son acte », pour reprendre les termes employés par la Fondation Hulot, à bien y regarder, le milliardaire américain ne fait que respecter une promesse de campagne et privilégier les intérêts de son peuple. L’Amérique d’abord ! Egoïste sûrement mais réaliste également.

Comme Donald Trump l’a lui-même signifié, il a été élu pour défendre les intérêts, même de la plus petite ville, du pays et non pour faire plaisir à l’étranger. Et cela, quel qu’en soit le prix. Une belle preuve, de patriotisme et d’attachement à la Constitution, qui fait bien souvent défaut sur notre continent.

Trump envers et contre tout (et tous) défend l’Amérique, même au risque de voir la planète sombrer.

par Pascale Andrée

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment