09282020Headline:

L’évolution de la pauvreté et saleté à Paris est très inquiétante

salete paris

1 day ago

Pauvreté et saleté à Paris : Hidalgo ne cache pas son inquiétude

L’évolution de la pauvreté à Paris est une réalité de la capitale face à laquelle
Anne Hidalgo espère pouvoir mobiliser tous les acteurs avant les périodes de grand froid.

Si l’État a une part de compétence et de responsabilité, notamment en matière d’aide aux plus démunis et si le département Ville de Paris s’est engagé depuis 2001, dans une «action très volontariste» avec la construction et la rénovation de centres d’hébergement d’urgence (9000 places), le nombre de personnes sans domicile fixe à Paris progresse dans des proportions alarmantes. «Il est vrai que nous sommes confrontés à un phénomène grave. La crise économique jette à la rue des familles avec enfants. Comme d’autres grandes villes monde, des populations de réfugiés affluent vers Paris (Egyptiens, Tunisiens, Kurdes, Syriens…) et nous devons aussi faire face à l’accueil de mineurs étrangers isolés et de familles roms», constate Anne Hidalgo.
La maire PS de Paris a demandé à Dominique Versini, son adjointe chargée de la solidarité, de travailler sur le sujet. «Nous devons nous mobiliser, avec tous nos partenaires publics et privés, de façon plus efficace», estime la maire en soulignant que les centres d’hébergement sont déjà saturés avant le plan grand froid. Elle ajoute: «La situation est extrêmement préoccupante. Chaque nuit, le 115, le Samu social, accueille 28.000 personnes et près de 300 personnes restent dans la rue, dont des familles avec enfants. On compte environ 2000 mineurs étrangers isolés dans la capitale aujourd’hui, dont beaucoup d’enfants venus de l’Afrique sub-saharienne.» Selon elle, Paris doit jouer son rôle de «ville refuge», concept développé par toutes les grandes villes du monde touchées par les mêmes problèmes comme New York, Rome ou Athènes. Pour Anne Hidalgo, qui ne souhaite pas que Paris soit «une ville de fractures et de saturation», il est indispensable de maintenir un «fort niveau d’investissement» pour combattre la pauvreté. «Personne ne gagnera à ce que ces personnes restent dans la rue, prévient-elle, Nous savons que cela se paye toujours très lourdement, tant au niveau individuel qu’en termes de cohésion et de violence de la société.»
Dégradation de la propreté

L’autre fléau de la capitale est celui de la propreté. Dans de nombreux conseils de quartiers, il surgit comme la première préoccupation des Parisiens. «C’est un vrai problème, admet Anne Hidalgo, on déplore beaucoup d’incivilités inacceptables et je constate moi aussi une dégradation qui me déplaît.» La maire évoque des actions en cours tels que le déploiement de 30.000 corbeilles pour les mégots, de 200 sanisettes supplémentaires et de toilettes éphémères. «Il est vrai aussi que les Parisiens vivent de plus en plus à l’extérieur, ce dont je tiens compte dans ma politique d’urbanisme pour accueillir ce nouveau besoin des citadins», précise la maire en constatant que l’espace public parisien est aujourd’hui très occupé.
«Je veux mettre les moyens sur la propreté, nous devons nous adapter» insiste-t-elle en évoquant une discussion «très constructive» avec les maires d’arrondissement, de droite comme de gauche. L’adjoint chargé de ces questions, Mao Peninou, travaille sur un plan propreté et doit examiner toutes les pistes (renforcement matériel, organisation, moyens humains…). Anne Hidalgo espère pouvoir miser sur la proximité avec les maires et les conseils de quartiers qui pourraient assumer des responsabilités plus fonctionnelles, comme ils en expriment le besoin. «Nous pouvons être plus efficaces. Dès le début de l’année 2015, nous présenterons aux Parisiens un dispositif opérationnel, peut-être à titre expérimental», conclut la maire de Paris.

Le Figaro-

Comments

comments

What Next?

Related Articles