05212022Headline:

Menacé de sanctions, l’ex-Premier ministre français Fillon démissionne de ses postes russes

Après la polémique, François Fillon annonce dans une tribune au Journal du Dimanche du 27 février sa démission de ses mandats au sein de deux entreprises russes : l’ancien Premier ministre français va quitter le conseil d’administration du géant russe de la pétrochimie Sibur et son fauteuil à la direction de Zarubezhneft, spécialisée dans le développement et l’exploitation des gisements. Une décision motivée par les pressions britanniques mais aussi la polémique en France sur ses liens avec le Kremlin.

Cinq ans après le fiasco de sa candidature à la présidentielle, François Fillon était revenu hanter la campagne de Valérie Pécresse, épinglé pour ses intérêts en Russie alors que Vladimir Poutine envoyait ses troupes en Ukraine.

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a tenté de se défendre dans un message publié sur Twitter. Raté : ses critiques contre l’Otan ont relancé la polémique.

Ce sont finalement les menaces de sanctions financières demandées par un député britannique qui l’ont certainement fait réfléchir.

Dans sa tribune publiée par le JDD, François Fillon annonce abandonner ses postes dans deux groupes russes proches du Kremlin. Il lâche aussi que Vladimir Poutine serait le « seul coupable » à ses yeux « d’avoir enclenché un conflit qui aurait dû être évité ».

François Fillon a prévenu Valérie Pécresse par téléphone. La candidate Les Républicains pourrait se sentir soulagée d’avoir un boulet en moins à traîner dans sa campagne : « C’est une décision qui l’honore. L’attitude de M. Poutine ne peut pas être dissociée de celle des grands groupes russes qui sont l’armature de l’État russe », a-t-elle confié à Julien Chavanne.

Plusieurs anciens dirigeants européens dont l’Italien Matteo Renzi avaient déjà quitté leurs postes dans des entreprises russes, sans attendre, eux, la menace de sanctions.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles