04262018Headline:

Russie: affaire Skripal, les Russes avaient promis une réciprocité

La Russie va expulser 60 diplomates américains et fermer le consulat des États-Unis à Saint-Pétersbourg dans le cadre de l’affaire Skripal. Washington affirme se réserver le droit de riposter.

C’est la réponse du berger à la bergère. Après l’annonce d’expulsions massives de diplomates russes à travers l’Europe et les États-Unis en réponse à l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille, la Russie a annoncé jeudi 29 mars l’expulsion de  60 diplomates américains et la fermeture du consulat des États-Unis à Saint-Pétersbourg d’ici au 31 mars.

Les mesures prises par Moscou “incluent l’expulsion du même nombre de diplomates et le retrait de l’accréditation du consulat général des États-Unis à Saint-Pétersbourg”, dans le nord-ouest de la Russie, a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lors d’une conférence de presse.

Le département d’État américain a qualifié d'”injustifiées” ces expulsions et a affirmé se réserver le droit de riposter.

Sur les 60 diplomates américains expulsés par la Russie, 58 sont des employés de l’ambassade des États-Unis à Moscou et deux du consulat général des États-Unis à Ekaterinbourg (Oural), a précisé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Ces personnes “ont été déclarées ‘persona non grata’ pour leurs activités incompatibles avec leur statut diplomatique. Elles doivent quitter le territoire russe d’ici le 5 avril 2018”, selon le communiqué.

“En ce qui concerne les autres pays, (la réponse de Moscou) sera aussi pour tous identique en ce qui concerne le nombre de personnes qui quitteront la Russie”, a prévenu Sergueï Lavrov.  “Nous souhaitons réagir à des décisions absolument inadmissibles, qui ont été prises contre nous sous forte pression des États-Unis et de la Grande-Bretagne”, a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont annoncé lundi  26 mars l’expulsion de 60 “espions” russes et la fermeture du consulat russe à Seattle dans le cadre de mesures de rétorsion. Au total, plus de 140 diplomates russes en Europe, en Amérique du Nord, en Ukraine ou en Australie sont touchés par une mesure d’expulsion dans une action coordonnée, en soutien à Londres qui accuse Moscou d’avoir empoisonné l’ex-espion russe.

La Russie a maintes fois clamé son innocence et accuse Londres de ne “pas vouloir entendre les réponses” de Moscou. “Pour rétablir la vérité”, la Russie a demandé la convocation d'”une session extraordinaire du Conseil exécutif de l’OIAC (l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques)”, a indiqué Sergueï Lavrov, appelant les Occidentaux à avoir “une conversation honnête” avec la Russie. Un refus “serait une confirmation de plus que tout ce qui se passe n’est qu’une grossière provocation”, a-t-il affirmé.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment