01232017Headline:

Ségo­lène Royal envoie un tweet en anglais plein d’er­reurs à Obama; ce qu’elle a ecrit..

Ségo­lène Royal, french ministre

Sur Twit­ter, Ségo­lène Royal a voulu féli­ci­ter Barack Obama pour son enga­ge­ment écolo­gique. Le souci, c’est qu’elle ne maîtrise pas complè­te­ment la langue anglaise. Du coup, le résul­tat est plutôt bancal.

Entre le « The Yes needs the No to win against the No » de Jean-Pierre Raffa­rin et les fautes d’an­glais de François Hollande, on a pu se rendre compte à maintes reprises que les poli­tiques français ont un peu de mal avec la langue de Shakes­peare. La dernière en date à l’avoir parfai­te­ment illus­tré est Ségo­lène Royal. Notre ministre de l’Eco­lo­gie, actuel­le­ment en pleine promo­tion de la COP21, sa confé­rence inter­na­tio­nale sur le climat qui aura lieu à Paris en novembre, a voulu féli­ci­ter Barack Obama sur Twit­ter pour son récent enga­ge­ment pour la cause écolo. Mais comme un collé­gien pris au piège devant sa copie, elle s’est fait avoir par ce que l’on appelle un « faux-ami » : en anglais courant, « enga­ge­ment » veut dire « fiançailles ».

Ségo­lène Royal a donc féli­cité Barack Obama pour ses fiançailles – ce qui est un peu tard, vu qu’il est marié avec Michelle Obama en 1992. Pour expri­mer son vrai message, elle aurait dû utili­ser le terme « commit­ment ». Se rendant compte de son erreur, la Ministre a effacé son tweet hier, en début de soirée, avant d’en poster un quasi-iden­tique, avec le bon mot cette fois. Mais quitte à faire des modi­fi­ca­tions, elle aurait pu tout corri­ger. Car ce malheu­reux faux ami n’était pas sa seule erreur.

Comme le fait remarquer aujourd’­hui Le Lab, Ségo­lène Royal parle de « french parle­ment » au lieu de « french parlia­ment », et se féli­cite d’avoir fait passer sa « tran­si­tion ener­ge­tique bill ». Un terme qui ne veut… pas dire grand chose en fait. C’est un peu comme si elle avait commencé à traduire en anglais « Loi rela­tive à la tran­si­tion éner­gé­tique », mais qu’elle avait aban­donné en cours de route. Barack Obama ne lui a pas répondu. Peut-être parce qu’il n’a pas compris ce qu’elle voulait dire.

voici.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment