08192018Headline:

Syrie : Bachar al-Assad menasse les Etats-Unis

Le président syrien a estimé que le présence de certains soldats rebelles, selon lui contrôlés par Washington, posait problème dans le processus de reconstruction de son pays.

Interrogé par la chaîne de télévision Russia Today, média très proche du Kremlin et de Vladimir Poutine, le président syrien Bachar al-Assad a tancé les Etats-Unis, menaçant de recourir à la force contre des combattants arabo-kurdes soutenus par Washington, afin de reprendre les régions qu’ils contrôlent dans le nord-est du pays en guerre.

“Nous avons deux options pour régler ce problème: Nous avons d’abord ouvert la voie à des négociations car la majorité des membres (des FDS, Forces démocratique syriennes, ndlr) sont des Syriens. Si cela ne marche pas, nous allons libérer nos territoires par la force. Nous n’avons pas d’autre choix”, a-t-il souligné.

L’homme fort du régime syrien a par ailleurs affirmé qu’une confrontation directe entre la Russie et les Etats-Unis avait été évitée de justesse en Syrie, où les deux grandes puissances interviennent dans le conflit. “Nous étions près d’une confrontation directe entre les forces russes et celles des Etats-Unis, et heureusement elle a été évitée” a-t-il estimé.

“Les Américains doivent partir”
Soutenues militairement par les Etats-Unis, les FDS, une coalition composée de combattants kurdes et arabes, ont joué un rôle crucial dans la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) qu’elles ont chassé de plusieurs régions de Syrie dont son fief de Raqqa, et qu’elles continuent de combattre dans une partie de la province orientale de Deir Ezzor. Elles contrôlent de larges territoires dans le nord et nord-est syrien.

“C’est notre terre et c’est notre droit et notre devoir de la libérer. Les Américains doivent partir et ils partiront d’une façon ou d’une autre”, a encore menacé Bachar al-Assad.

“Trump ne touchera rien chez moi”
Questionné quant à son homologue américain Donald Trump qui l’avait traité “d’animal”, Bachar al-Assad a été clair: “Ce n’est pas ma façon de parler, par conséquent je ne peux pas utiliser un tel langage. C’est son langage et il le représente” avant d’avertir que le 45e président des Etats-Unis “ne touchera rien chez moi.”

 

 

imatin.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment