11142019Headline:

Un accord européen a été trouvé pour le débarquement à Malte et la prise en charge des 356 migrants

Les migrants devraient être débarqués au port de La Valette à Malte. Médecins sans frontières estimait qu’il restait « quatre jours » de réserves sur le navire.

Un accord européen a été trouvé pour le débarquement à Malte et la prise en charge des 356 migrants secourus en Méditerranée par l’« Ocean Viking », le navire humanitaire affrété par Médecins sans frontières (MSF) et SOS-Méditerranée, a annoncé vendredi le premier ministre maltais, Joseph Muscat, tout comme le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner.

« Tous les migrants à bord » du bateau humanitaire vont être transférés sur un bateau militaire maltais, amenés ensuite à terre puis répartis entre la France, l’Allemagne, l’Irlande, le Luxembourg, le Portugal et la Roumanie, a précisé M. Muscat sur son compte Twitter.

Christophe Castaner a annoncé de son côté que 150 migrants seront accueillis en France.

Quatre jours de stocks

Il y avait urgence. « Il nous reste quatre jours de stocks de nourriture en comptant aujourd’hui », indiquait vendredi matin une porte-parole de Médecins sans frontières, présente à bord, avant la déclaration du ministre maltais.

Le bateau patiente depuis douze jours dans les eaux internationales entre Malte et la Sicile depuis sa dernière opération de secours, en attendant d’être autorisé à débarquer ses passagers.

Les personnes, secourues au large des eaux libyennes, sont arrivées à bord fortement déshydratées après avoir passé parfois quatre jours en mer à bord de canot en caoutchouc, sans eau, ni vivres et en plein soleil. Parmi elles se trouvent quatre femmes et cinq enfants âgés d’un à six ans, ainsi qu’une centaine de mineurs de moins de dix-huit ans, dont 80 % voyagent seuls.

La plupart de ces personnes, dont les deux tiers viennent du Soudan, ont fui la Libye pour échapper à un large éventail de mauvais traitements, de détentions arbitraires et parfois de tortures et sont arrivées en mauvaise santé et parfois à la limite de la malnutrition, selon l’équipe médicale.

Le bateau, parti le 4 août de Marseille et dont c’est la première mission pour SOS Méditerranée, s’était vu refuser au dernier moment à l’aller de se ravitailler en eau et carburant dans les eaux maltaises ainsi qu’il l’avait demandé.

Avec rfi

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment