05242017Headline:

Une nouvelle alliance secrète entre Israël et l’Arabie saoudite;Les raisons

L’Arabie saoudite n’a jamais reconnu l’existence de l’Etat d’Israël et Israël n’a pas accepté les offres de paix saoudiennes visant à instaurer un Etat palestinien. Pourtant, ces deux pays que tout semble opposer sur le papier ont entamé un rapprochement discret depuis 2014 autour d’un ennemi commun : l’Iran, avec en toile de fond le nucléaire.

Les ennemis de tes ennemis sont mes amis

La nouvelle alliance secrète entre Israël et l’Arabie saoudite

Le ministre des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite Adel al-Jubeir. Crédit Reuters

Atlantico : Les ennemis des ennemis d’Israël sont-ils ses amis ?

Denis Charbit : Il est indéniable que la menace que l’Iran fait peser sur la région incite deux alliés des Etats-Unis à afficher pour la première fois leur convergence d’intérêts.Le paradoxe, c’est qu’outre cette menace iranienne, le facteur qui a déclenché la rencontre, c’est le sentiment partagé par les Saoudiens et les Israéliens que les Etats-Unis les ont floué. En ce sens, les Etats-Unis ne peuvent jouer un rôle de médiateur pour favoriser leur rapprochement puisque c’est sa défection qui les a poussé à mener un premier dialogue public. Mais il ne faut pas se leurrer : une convergence ne fait pas une alliance, et des intérêts complémentaires ne scellent pas une amitié.

A travers ces 5 rencontres qui sont aujourd’hui devenues un secret de polichinelle, que peut espérer l’Etat hébreu de l’Arabie Saoudite face à l’Iran ? Quelles mesures peuvent naître de ce rapprochement ?

Il y a une carte dans ce jeu diplomatique qu’Israël peut saisir, ce qu’il s’est abstenu de faire jusqu’à présent :  l’initiative de paix saoudienne de 2002. Cela fait longtemps en Israël que l’on est convaincu que pour redonner de la vigueur au processus de paix, il faut qu’un axe de pays arabes non-radicaux accompagne l’Autorité palestinienne dans la négociation et dans les concessions à faire. La condition à remplir, c’est qu’Israël adopte l’initiative, non dans ses détails mais dans son principe. La question palestinienne a beau avoir perdu de sa centralité objective, elle conserve sa puissance symbolique. Sans ce passage obligé, les relations israélo-saoudiennes resteront toujours secrètes ou discrètes. Ce qui n’est pas pour déplaire à Israël : pour faire avancer la coopération stratégique, il n’y a pas besoin de nouer des relations diplomatiques et de procéder à un échange d’ambassadeurs. Ce qu’Israël peut attendre de consultations bilatérales, c’est de s’entendre sur les organisations islamistes que les Saoudiens s’abstiendraient de financer si leur action vise directement Israël. Mais au-delà des attentes de ce type, je crois qu’Israël souhaite surtout comprendre comment les Saoudiens entendent se positionner une fois l’accord avec l’Iran conclu.

L’Iran doit-il se méfier de ce qui prend la forme d’une alliance stratégique entre Riyad et Tel Aviv ?

L’Iran s’efforcera de dénoncer ces pourparlers comme le signe même de la trahison sunnite puisqu’ainsi les Saoudiens révèleraient que le rival chiite est plus dangereux que l’ennemi sioniste. Ils regarderont avec intérêt le cours des choses et espèrent sans doute que ne se constitue pas là une nouvelle alliance. Le fait que les Etats-Unis ne soient pas les promoteurs de ce dialogue doit les rassurer.

L’influence de l’Iran dans la région est conséquente, à travers notamment des milices chiites en Irak, le Hezbollah ou le soutien de Bachar El-Assad en Syrie, et ce, malgré les sanctions internationales. L’Iran chiite apparaît le grand rival de la puissance sunnite que représente l’Arabie Saoudite. S’agit-il pour Riyad, en s’alliant à Israël, de prolonger un conflit religieux à peine masqué entre Chiites et Sunnites ?

Un “allié objectif” ne devient pas un allié tout court. Il faut donc rester prudent. Les Saoudiens s’interrogent comme nous tous sur l’impact de l’accord dans la région. Même si les inquiétudes sont légitimes, l’accord , rappelons-le, ne fait pas de l’Iran une puissance nucléaire. Les Etats-Unis en attendent des retombées diplomatiques : l’Iran jouera-t-elle le même rôle déstabilisateur et avec les mêmes alliés ? Tout est volatile, tout est possible. Les bouleversements sur le terrain peuvent encore générer des renversements et des retournements imprévisibles.

.atlantico.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment