09202019Headline:

Urgent: un jeune Haïtien envoie une lettre explosive à macron exigeant la restitution de la dette de l’indépendance!

Le jeune journaliste Wadson Désir demande au président français de reconnaître les torts causés par le système esclavagiste et d’honorer le paiement de cette « double dette »

Wadson Désir
Delmas 31 , rue Isabella # 14 A
Port-au-Prince, Haïti

Monsieur Emmanuel Macron
Président de la République Française
Palais de l’Elysée
55 , rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Le 13 mars 2018

Monsieur le Président de la République Française,
Il y a plus de deux siècles , sous la menace d’une escadre de 14 vaisseaux et de plus de 500 canons , votre pays a imposé à Haïti de payer au prix d’or son indépendance. Cette somme faramineuse versée à la France en 1825 représentait six années de recettes budgétaires de l’Etat haïtien, à cette époque. En 1883, il recourut à des emprunts coûteux et à la levée de lourdes impositions sur la paysannerie pour honorer totalement son engagement. Ce fut un lourd tribut pour mon pays. Cela est injuste ! Un tel acte devrait donc vous interpeller , à la tête d’un pays multiculturel et multi-éthnique, où l’on dénonce sans cesse la discrimination et l’inégalité des chances.

Dans une correspondance , Christiane Taubira , député français d’alors de la Guyane (département français d’outre-mer ), avait demandé au Premier ministre français d’alors , Jean Pierre Raffarin ; de procéder à l’abrogation du traité du 18 février 1838 et , au nom de la France , à la restitution de la dette payée par Haiti pour la reconnaissance de son indépendance. S’il faut se référer à la demande produite par les officiels haitiens , sous le gouvernement de Jean Bertrand Aristide , il s’agissait de plus de 21 milliards de dollars américains. Cet argent-là aurait pu être utilisé dans le cadre de la reconstruction de tant d’infrastructures.

Il aurait pu, aujourd’hui, nous aider à faire face à nos besoins urgents, à nous prémunir contre les dangers de toutes sortes ; les catastrophes naturelles, par exemple , en tenant compte de l’état de dégradation ou de délabrement de notre environnement. La situation est on ne peut plus critique, précaire et chaotique , n’ayons pas peur de le dire.

Vous vous en souvenez, nous avions été battus, torturés, humiliés, déshumanisés, mais nous n’avions reculé devant aucun sacrifice pour que nous puissions devenir des hommes et des femmes libres. Tout ceci est pour vous dire que notre demande de réparation est juste, même si cela ne pourra jamais panser nos blessures. Il est un fait indéniable, visible et connu , les séquelles de la colonisation sont les principales sources de nos malheurs ; Il nous faudra du temps pour les surmonter complètement. Et cela nous paraît pour le moins difficile voire impossible dans le contexte actuel

En votre qualité de Chef d’État d’un pays économiquement fort , le sort infligé à Haïti pendant et après la colonisation devrait bénéficier d’une attention toute particulière de votre administration. Devant le pourrissement de la situation économique actuelle du pays , nous trouvons qu’il serait légitime et opportun d’en appeler à votre conscience d’homme d’état pour permettre à notre cher pays , Haïti , de sortir de l’ornière.

De l’argent frais , nous en avons besoin pour faciliter les multiples interventions du gouvernement haïtien dans divers domaines en faisant priorité à l’éducation, à la santé et au logement. Nous ne sommes pas en train de vous mettre le couteau sous la gorge , comme ce fut le cas pour nous , en 1825. Haiti redeviendra la » Perle des Antilles » lorsque le gouvernement français décidera de reconnaître les torts causés par le système esclavagiste.

Monsieur le Président,

Pourquoi avions-nous été contraints de payer pour que la France nous concède notre indépendance ? Nous sommes encore sous le choc. Les haïtiens sont indépendants de fait depuis le 1er janvier 1804 , après avoir battu la puissante expédition Leclerc/Rochambeau venue rétablir l’esclavage dans la colonie. En tant que citoyen haïtien , digne héritier de Jean-Pierre Boyer , j’invite la France , que vous avez l’honneur de diriger , à faire un acte de grandeur vis-à-vis d’Haïti , Première République Noire dans l’histoire de l’humanité.

La République Française ne saurait continuer à se mettre en marche en entretenant avec Haïti des relations bilatérales conçues dans l’injustice et l’arbitraire , pour reprendre les propos de l’ancienne garde des sceaux , Christiane Taubira. Ces relations , selon elle , doivent être rétablies dans l’esprit de vérité et de justice à la dimension de la reconnaissance de la traite et de l’esclavage comme crimes contre l’humanité par la loi du 10 mai 2001.

Vous n’êtes pas sans savoir que le paiement de cette » double dette » , sans en être la seule cause, aura pesé très lourd sur la situation catastrophique du pays , de l’avis de nombreux historiens. Vos prédécesseurs , en l’occurence Nicolas Sarkozy et François Hollande , n’avaient pas su s’élever au-dessus de l’orgueil.

La restitution de la dette de l’indépendance, sous quelque forme que ce soit, est d’une grande importance pour le peuple haïtien qui porte encore
les stigmates de ses tortionnaires. Par ce geste, la France fera preuve d’une République qui voudra renouer avec ses ambitions universelles , porteuses du message de la Liberté, de la Justice et de la Fraternité.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République Française, l’assurance de ma très haute considération.

Lire sur 24jours.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment