12172017Headline:

USA: La loi sur l’Immigration de Trump crée la peur et la psychose chez les immigrants

Depuis l’annonce de la nouvelle loi de l’Administration Trump sur l’immigration, la psychose s’est installée dans toutes les communautés Africaines et étrangères des Etats Unis. Toutes les Diasporas étrangères aux Etats Unis ont réagi à cette loi sur l’immigration car tout le monde est concerné, donc affecté. Même en Afrique, dans nos pays d’origine, nos parents s’inquiètent et s’interrogent pour savoir à quelle sauce leurs parents aux USA seront mangés.

 

La loi sur l’immigration a toujours existé et elle a toujours été appliquée. Il fallait simplement suivre la procédure pour obtenir ses documents. Avant d’entamer la procédure des « papiers », il fallait d’abord être dans une condition d’illégalité et personne n’était traité de clandestin. Cela avait toujours marché pour la majorité, même s’il y avait des exceptions ou des personnes s’étant mal prises, se sont vus (denied), refusés les papiers. Les cas sont légions. C’est votre interview devant un agent de l’immigration, qui déterminait si vous étiez sincères ou si vous étiez dans le faux et vous attribuait votre papier de résidence.

En effet, ce qui a toujours été à l’avantage des immigrés aux USA, c’était l’opposé de la pratique Française qui consistait à poster des policiers aux trous de Metro pour contrôler les pièces. Nous n’avons jamais vécu ce cauchemar aux USA, Dieu merci. La loi sur l’immigration existait et tous ceux (étrangers) qui pensaient contourner cette loi et qui étaient appréhendés, subissaient la peine qui s’appliquait, allant de l’emprisonnement et/ou à la déportation. Beaucoup ont été graciés et ont obtenus leurs papiers, pendant que d’autres en ont fait les frais.

Pendant l’Administration précédente (d’Obama), des personnes en situation illégale étaient déportées à partir des prisons où ceux-ci étaient déjà incarcérés. La seule différence est qu’au temps du Président Obama, la loi ne ciblait que les criminels de grand chemin, tels que : les Drug dealers, les fraudeurs de documents et auteurs de crimes reconnus comme tels, qui étaient déjà en prison. Les déportations se passaient à partir des cours de justice, sans publicités aucunes. Toute personne qui n’avait pas de problème avec la loi, même illégal était alors tranquille parce qu’il n’était pas taxé de criminel ou de clandestin. Dans le cas de l’application de cette même loi d’immigration par l’Administration Trump, les agents de renforcement de la loi auront maintenant la latitude d’élargir les possibilités de déportation. Même les simples violations qui nécessitaient par le passé que l’accusé se rende à la cour de justice a un guichet pour s’acquitter d’une contravention, pourra être sujet de déportation. Du coup, plus personne n’est en sécurité. Il y aura certainement des cas ou un agent de police ou de l’immigration pourra vous regarder, vous soupçonner et pour cette raison, vous interpeller pour vous demander vos papiers, sans avoir commis une offense. A certaines occasions, les agents pourront entreprendre des contrôles de routine dans les lieux publics, les domiciles, dans les boulots et sur les routes, surtout en cas d’infractions routières.

A l’annonce de la loi par l’Administration Trump, selon Time Magazine du 13 Février, « 680 personnes ont été arrêtés dans 12 états et placées sur liste de déportation ». Au même moment, le 8 Février 2017, 55 Guinéens avaient été déportés sur 2000 détenus selon l’Ambassadeur de la Guinée à Washington. Selon le Diplomate, parmi ces 55, il y avait des cas de délit de Drug, de faux papiers et autres crimes. « Il faut que vous vous conformiez (les Guinéens) aux lois de ce pays car je suis prêt à vous défendre mais dans de tels cas de crimes, il nous sera difficile de vous aider… »

Selon l’Administration Trump: «la loi existait dans les livres; il faut maintenant l’appliquer. »

Bien que la loi Trump précise que l’objectif est de se débarrasser des criminels de grand chemin, reste à savoir maintenant, quels pouvoirs seront donnés à la police de l’appliquer ? les immigrés aux USA n’ont pas encore de détails de comment les policiers vont se comporter dans les quartiers et sur les routes, alors du coup, tous : légaux ou illégaux, se sentent vulnérables. Dans tous les cas, des problèmes vont se poser au niveau de l’application de cette loi de l’immigration par les policiers.

Premièrement, nombreux sont ceux qui sont dans des conditions illégales mais qui avaient déjà déposé leurs dossiers de régularisation de leurs statuts à l’immigration et qui attendent leur rendez-vous. Si de telles personnes sont arrêtées et questionnées, que leur arrivera-t-il ? Les policiers tiendrons-t-ils compte de la procédure déjà engagée ? Ou traiteront-ils ces individus comme des criminels, même sans avoir commis un crime ? Est-ce que l’immigration annulera les dossiers de ceux-ci ou donnera des instructions à la police pour ces genres de cas ?  Autant de questions qui ont besoin de réponses.

Deuxièmement, depuis le début du Mois de Février, des messages nous parviennent de ce qu’il faut désormais porter sa carte de résidence (Green Card) sur soi, ce qui signifie qu’un policier peut vous arrêter et vous demander vos papiers.  Si vous êtes légal, est-ce que le fait de ne pas avoir votre carte sur vous, fait de vous un criminel à embarquer, susceptible d’être déporté ? Espérons que ce ne soit pas le cas. Attendons pour voir ce qui va se passer.

Le racisme comme leitmotiv ?

La psychose est grande surtout quand on sait que la haine de certains policiers blancs envers les noirs et les étrangers est réelle. Des vidéos sont disponibles faisant état de policiers qui ont abattus des personnes parce qu’elles étaient noires, donc soupçonnées de criminels, sur la base du racisme.  Est-ce que ces policiers racistes ne vont pas profiter de cette nouvelle loi qui est de cibler les criminels, pour régler leurs comptes personnels ? Le racisme coule encore dans les veines de certains policiers blancs, alors si le gouvernement ne donne pas des consignes sûres aux policiers, alors nous allons tous (légaux ou illégaux), être victimes d’abus et de règlements de compte de la part des agents racistes. Let us wait and see!

Etats Unis, pays d’accueil ou nid de criminels ?

Lorsque la loi précise de ne « s’attaquer qu’aux grands criminels violents, » il n’y a pas de problème a cela car tout pays d’accueil devient tôt ou tard un nid de criminels. Des gens qui ont commis des crimes dans leurs pays, viennent se mélanger aux honnêtes citoyens pour jouir des mêmes privilèges que tous. Aux Etats Unis, les coupables des offenses sexuels sont tenus de s’enregistrer dans les communautés où ils décident d’habiter. Par contre, lorsque les criminels ou rebelles arrivent d’Afrique ou d’ailleurs comme des réfugiés aux Etats Unis, ils ne sont pas enregistrés. Beaucoup de ces catégories d’hommes, qui ont mutilé des enfants, leurs coupant les pieds ou les bras, qui ont coupé les seins des femmes pour les empêcher d’allaiter leurs enfants pendant les guerres sales de la Sierra Léone ou du Liberia, ont trouvé refuge aux Etats Unis. Ceux qui ont fait la rébellion en Côte d’Ivoire et qui ont commis des crimes abominables de toutes sortes, viennent ici pour ensuite jouir des mêmes privilèges que d’honnêtes citoyens ; ce n’est pas normal. Un triage devrait être fait pour retirer ces oiseaux de mauvais augure de la société Américaine pour les ramener à leurs lieux de crimes.

D’une part, l’application de cette loi d’immigration est bien venue si elle ne s’attaque qu’aux grands criminels violents, comme dit la loi, pour les déporter. Cependant, il y a danger si d’honnêtes citoyens doivent être considérés comme des criminels sur la base du racisme de certains agents. Aucun pays ne doit servir de dépotoir de criminels. Tout comme la Côte d’Ivoire qui est aujourd’hui sous invasion de bandes armées, aura tôt ou tard, besoin d’implémenter une loi d’immigration RIGOUREUSE pour régler ce problème de criminalité et d’impunité.

Tous les pays Africains doivent non seulement réguler leur système d’immigration mais mettre en place des lois qui règlent les problèmes de criminalité et d’impunité. Tout pays ; y compris les Etats Unis, ont le droit de mettre en place des lois rigoureuses d’immigration pour leurs propres sécurité. Il appartient donc aux pays Africains et autres, de faire de la sécurité de leurs concitoyens, leur priorité, au lieu de faire des anciens rebelles, des rois au-dessus du peuple opprimé. Ce sont eux les grands criminels violents dont parle la loi Américaine. Nombreux sont ces rebelles et criminels qui ne respectent aucune loi chez eux, qui ont pris les armes pour obtenir la nationalité ou des cartes d’identité et qui ont quitté leur pays pour venir se réfugier aux Etats Unis pour créer la merde. Ceux-ci doivent être dénichés et déportés.

Nous bénissons DIEU pour ce grand pays qui est l’Amérique, pour l’accueil qu’il nous réserve. Que Dieu continue de l’élever et d’inspirer les dirigeants pour garantir à tous et à toutes, la sécurité et le bien-être vital.

Daman Laurent Adjehi

Auteur/Ecrivain

Edit. En Chef-  www.ivoirenewsinfo.net-USA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment