09222017Headline:

USA : Melania Trump fait face à des rumeurs excessives sur sa vie de couple, elle fini par réagir….

 

Après avoir fait la sourde oreille pendant longtemps sur tout ce qui se racontait concernant sa vie privée, Melania a finalement réagi aux rumeurs qui courent sur elle depuis plusieurs jours dans les médias américains. D’après certains journaux, la First Lady n’aurait  plus d’intimité avec le président et tous les deux ne passeraient aucune nuit ensemble.

Une rumeur qui s’est largement répandue au point où l’équipe de la Première Dame américaine a fait savoir qu’il était « malheureux de mettre en avant des sources anonymes aussi obscures », visant les informations divulguées par le magazine US Weekly à l’origine des secrets d’alcôve.

Malgré cela, plusieurs magazines américains présentés comme proches du couple présidentiel, affirment que Melania « refuse catégoriquement de partager le même lit que son mari » et qu’ils ont pris l’habitude de faire chambre à part. L’on se souvient que Melania Trump avait déjà déclaré dans une ancienne interview qu’ils faisaient « salles de bains séparées » pour le bien de leur vie conjugale.

Sur les réseaux sociaux, cette rumeur a été immédiatement relayée au point où elle a été perçue comme une véritable crise de couple. Quelques temps avant, les internautes affirmaient que l’épouse du président américain était profondément « malheureuse », qu’elle trouvait sa vie « misérable » depuis que son époux a été élu président des États-Unis. « Ce n’est pas son rêve, disait un proche. C’est celui de Donald. »

Ce qui alimente un peu plus la rumeur, c’est que Melania Trump n’a toujours pas pris ses quartiers à la Maison-Blanche jusqu’à présent. Elle préfère rester dans le penthouse versaillais de 3 000 mètres carrés où elle s’adonne à ses habitudes – lectures de magazine, cours de Pilate, gestion de sa ligne de bijoux –, tout en prenant l’avion pour rejoindre son mari à Washington si nécessaire. La First Lady explique qu’elle reste au côté de son fils Barron Trump, 11 ans, qui poursuit sa scolarité à New York, ses parents ne voulant pas le perturber davantage avec un changement d’école. Pour les médias, c’est un simple prétexte des signes de lassitude, pointant du doigt ses absences auprès de son époux.

BOREL

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment