08172017Headline:

VIDEO- Michelle Obama choque l’Arabie saoudite;Les raisons

michelle-obama-non devoilee
Par ARMIN AREFI

Non voilée, Michelle Obama choque l’Arabie saoudite

La présence de Barack Obama à Riyad, au lendemain des funérailles du roi Abdallah, devait sceller les liens entre les États-Unis et l’Arabie saoudite, jusqu’ici unis par le lucratif compromis pétrole contre sécurité. Mais à l’image d’une relation chancelante, la visite du président américain n’a pas été de tout repos pour la gérontocratie saoudienne. Si le pensionnaire de la Maison-Blanche s’est abstenu d’évoquer devant ses hôtes le terrible bilan du royaume saoud en matière de droits de l’homme, c’est par sa femme, Michelle, que le scandale est arrivé.

Présent mardi sur le tarmac de l’aéroport international de Riyad, le nouveau roi Salmane, 79 ans, a eu la surprise d’apercevoir sur la passerelle d’Air Force One une rayonnante première dame arborant un haut bleu fluide, un pantalon noir ample, ainsi qu’une longue veste bleue à motifs. Pas de quoi fouetter un monarque saoudien, si ce n’est ce long cou dénudé, dévoilant une somptueuse parure de diamants. Et, crime de lèse-majesté, cette chevelure brune au vent, émoustillant sans peine chacun des dirigeants arabes présents. Une prise de liberté qui tranche avec le morne quotidien des Saoudiennes, tenues de porter en public le voile islamique si ce n’est le niqab.

Fronde sur Twitter

Ainsi, s’ils ont chaleureusement serré la main d’un Barack Obama répétant à l’envi “C’est bon de vous voir”, plusieurs dirigeants saoudiens se sont contentés d’un simple signe de la tête face à la première dame non voilée. “À mon sens, Michelle Obama a envoyé un message politique au royaume”, juge un spécialiste du pays qui préfère garder l’anonymat. “Dans un pays où les femmes sont opprimées, les femmes étrangères, qui plus est les femmes de dignitaires, ne sont pas obligées de se voiler. Or, elles le font souvent par courtoisie à l’égard des partenaires saoudiens avec lesquels leur pays entretient des intérêts économiques”. Preuve en est, à l’occasion d’un déplacement en Indonésie en 2010, Michelle Obama avait revêtu un voile lors d’une visite à la mosquée Istiqlal de Jakarta.

Usage diplomatique et alliance stratégique obligent, les dirigeants saoudiens n’ont pipé mot en public sur l’écart de conduite de la “First Lady”. La chaîne de télévision nationale n’a même pas censuré les images de la “frondeuse”. En revanche, sur Twitter, les critiques ont fusé. Selon le Washington Post,plus de 1 500 tweets contenant le hashtag #ميشيل_أوباما_سفور (#Michelle_Obama_dévoilée, NDLR) ont été envoyés mardi, la pétromonarchie comptant l’un des taux d’utilisateurs les plus élevés au monde (5 millions de twittos sur 28 millions d’habitants). Si certains internautes ont déploré que la première dame n’ait pas respecté les lois du pays, auxquelles elle n’est pourtant pas soumise en tant qu’étrangère, d’autres ont fustigé ce qu’il ont interprété comme un manque de respect à l’égard du défunt roi.

Adepte du wahhabisme, une interprétation ultra-rigoriste de l’islam, l’Arabie saoudite replonge ses citoyennes au temps du Moyen Âge. Le pays est le seul au monde à interdire aux femmes de prendre le volant. Celles-ci sont également forcées de demander l’autorisation de leur tuteur (père, mari ou frère) pour espérer travailler, voyager, se marier ou même ouvrir un compte bancaire.

Mêmes peines que l'”État islamique”

Pratiquant une version très stricte de la charia (la loi islamique), le royaume applique toujours la peine de mort pour le viol, le meurtre, les braquages armés, mais aussi le trafic de drogue et l’apostasie. Ainsi, le 12 janvier dernier, une ressortissante birmane s’est vu trancher la tête à l’épée en pleine rue à La Mecque après avoir été condamnée pour le viol et le meurtre de la fille de son mari. Les images insoutenables de l’exécution ont valu à leur auteur d’être arrêté par les autorités. Un châtiment qui rappelle à s’y méprendre les multiples exactions de l’organisation État islamique (EI), qui s’inspire d’ailleurs elle aussi du wahhabisme saoudien. Le site Middle East Eye s’est amusé à comparer les peines pratiquées par l’EI et par l’Arabie saoudite au nom de la charia. Le tableau qui en découle fait froid dans le dos.Toutefois, l’Arabie saoudite est secouée depuis 2011 par une vague de contestation féminine. Des Saoudiennes prennent régulièrement le volant et se filment en bravant l’interdit pour mieux alerter le monde sur leur situation. “Ce sont des épiphénomènes qui ne correspondent pas à un mouvement de masse”, tempère néanmoins le spécialiste du royaume. “Le régime saoudien a réussi à fragmenter et donc dominer la société.” Fort de ses milliards de pétrodollars, qui lui ont permis d’acheter la paix sociale pendant le Printemps arabe, le roi défunt Abdallah avait pourtant consenti à un geste en direction des femmes, en leur accordant en 2011 le droit de vote et de candidature aux élections municipales.

 

“Il ne s’agissait que de marketing politique en direction de l’étranger”, pointe aujourd’hui notre expert. “Ces élections sont insignifiantes. Elles n’ont enregistré qu’une participation insignifiante chez les femmes. Et les conseils municipaux n’ont aucun pouvoir en Arabie saoudite.” De quoi s’interroger sur les louanges de Christine Lagarde à l’égard du roi Abdallah. À sa mort, la présidente du FMI etancienne ministre de l’Économie a salué un “grand défenseur des femmes”.

lepoint.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment