12172017Headline:

VIDÉO-Pèlerinage sur la Montagne du sexe en Indonésie

Chaque année, cette tradition ancienne rassemble des milliers de pèlerins en Indonésie. Parmi les participants, on compte des hommes mariés, des femmes au foyer, des responsables gouvernementaux et… de nombreuses prostituées. Tous se réunissent pour une orgie géante sur les hauteurs d’une montagne indonésienne.

Bienvenue sur la Montagne du sexe! Voilà une tradition que nous ne connaissions pas encore, mais le journaliste Patrick Abboud, de la chaîne SBS, a réussi à s’infiltrer au coeur d’un des rituels religieux et sexuels les plus cloisonnés au monde. À cette occasion, des milliers de pèlerins indonésiens voyagent à travers l’archipel avec pour but d’avoir une relation sexuelle hors mariage dans ce lieu saint afin d’obtenir chance et fortune.

D’après le journaliste, ce rituel remonterait au 16e siècle. Une tradition dont les Indonésiens n’aiment pas parler, pays musulman oblige. La légende avance que tout a commencé lorsqu’un jeune prince indonésien, Pangeran Samodro, a eu une liaison avec sa belle-mère.

Les deux amants se sont enfuis pour se réfugier dans la région de Gunung Kemukus, où ils ont été capturés et tués pendant un rapport sexuel. Ils ont ensuite été inhumés au sommet de la montagne, qui est devenue un sanctuaire islamique. Depuis, les pèlerins pensent qu’avoir des relations sexuelles sur le site peut leur apporter bonne fortune et richesse.

Attention tout de même! Ce pèlerinage dure plusieurs mois puisque la relation adultère doit avoir lieu sept fois avec un intervalle de 35 jours à chaque fois. “La majorité des gens qui s’y rendent – dont beaucoup sont de fervents musulmans – sont pauvres et croient qu’en visitant les lieux et en ayant des rapports sexuels, ils s’offrent un meilleur avenir” ajoute le journaliste.

“D’abord, les pèlerins se rassemblent pour prier et ensuite, les couples se forment. Revers de la médaille, cette tradition a généré un véritable réseau de prostitution sur lequel le gouvernement ferme les yeux, préférant profiter de l’argent récolté grâce au pass imposé à l’entrée du site. Pire: ces pèlerins refusent souvent de porter des préservatifs, de quoi faire craindre la transmission de maladies sexuellement transmissibles”, explique encore Abboud. De quoi avoir un impact pas vraiment positif sur leur avenir…

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment