09172019Headline:

Vladimir Poutine met en garde François Hollande et claque la porte du G20

vladimir

Vladimir Poutine a mis sa menace à exécution. Le président russe a quitté le sommet du G20 qui se déroule à Brisbane en Australie bien avant sa fin officielle. Il faut dire que le chef d’Etat était chahuté en raison de son implication dans la crise ukrainienne.
Barack Obama s’était dit décidé “à s’opposer à l’agression russe contre l’Ukraine, qui représente une menace pour le monde”. De son côté, les Européens par la voix d’Angela Merkel, envisageaient d’infliger de nouvelles sanctions financières contre des personnalités russes.
L’affaire des Mistral
Avec la France, Vladimir Poutine s’est montré ferme et a mis en garde son homologue, François Hollande. Il l’a ainsi enjoint à “minimiser les risques et les conséquences négatives” des tensions internationales. Sans citer explicitement cet exemple, le président russe faisait référence à la livraison des navires de guerre Mistral que Paris rechigne à honorer en raison du conflit ukrainien.
Un huis clos avec David Cameron
Vladimir Poutine a toutefois pu s’entretenir avec le Premier ministre britannique, David Cameron en huis clos. Le but était alors d’améliorer les relations entre l’Union européenne et la Russie.
“Vladimir Poutine et David Cameron ont exprimé un intérêt pour la restauration des liens entre la Russie et l’Ouest et l’adoption de mesures efficaces pour régler la crise ukrainienne ce qui facilitera l’abandon de sentiments conflictuels”, a indiqué le Kremlin dans un communiqué.
Ce départ entache le sommet du G20 de Brisbane. Le Premier ministre australien, Tony Abbott avait pourtant demandé à ce que “quels que soient les désaccords, il y ait au moins de la chaleur humaine entre nous”.

latribune.fr

poutine-hollandeChoose from the most used tags

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment