01192022Headline:

02 Novembre 2021/ Commémoration de la disparition des confrères Ghislaine Dupont et Claude Verlon : communiqué de l’OJPCI

Claude Verlon et Ghislaine Dupont, assassinés à Kidal / Mali le 02 Novembre 2013

02 Novembre 2013, 02 Novembre 2021, voici Huit (08) ans que la Communauté internationale adoptait « La journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes et professionnels des médias (JFI) », une initiative de l’UNESCO qui procède de la résolution 68 – 2013, des Nations Unies, instituant tous les 02 novembre, comme date commémorative en hommage aux deux journalistes de Radio France International – RFI (Ghislaine Dupont et Claude Verlon), assassinés froidement à Kidal, au Mali par des terroristes. Mais, la question de meurtre du fait de violence et de terrorisme international ne saurait être astreinte à la seule fonction de professionnels des Médias ou de franchises territoriales, eu égard aux bilans macabres enregistrés à ce jour :

− Côte d’Ivoire, attaque terroriste de Grand Bassam le dimanche 13 Mars 2016, 22 morts dont la Directrice du Centre Culturel Allemand ;
− Burkina Faso, attaque terroriste du 04 Juin 2021, 160 personnes tuées et un total de 1500 morts et plus d’un millions de déplacés ;
− Niger, attaques terroriste de Tillaberi en Janvier 2021 fait plus de 100 morts parmi les villageois ;
− France, attaques terroristes de Charlie Hebdo le 07 Janvier 2015 puis l’attentat du BATACLAN le vendredi 13 Novembre 2015 qui fait 132 morts pour ne citer que ceux là.
Le texte de cette résolution de l’ONU instituant cette journée, demande expressément aux Etats d’agir pour prévenir la violence contre les JOURNALISTES, le PERSONNEL DES MEDIAS et autres PROFESSIONNELS de la COMMUNICATION ; tout en incluant les nouvelles formes de JOURNALISME sur internet, les BLOGGEURS notamment.
Outre ces deux journalistes il faut relever que la Côte d’Ivoire a enregistré plusieurs cas d’assassinats de journalistes au nombre desquels :

  • Jean Hélène, assassiné froidement devant la sûreté nationale ;
  • Guy-André-Kieffer, disparu jusqu’à ce jour sans issu de jugement.

Cette journée commémorative a pour objet, de fédérer dans une synergie d’actions concertées, toutes les bonnes volontés, de manière à faire infléchir la courbe funeste, des quelques 800 journalistes assassinés enregistrés dans la dernière décennie, avec 115 journalistes ou acteurs des médias tués dans la seule année 2015 ; 123 cas de meurtres de journalistes au titre de l’année 2012 ; Nonobstant, des cas d’agressions, de tortures, de disparitions forcées, de détentions arbitraires, d’intimidations, ou de harcèlements.
Le quotidien national FRATERNITE MATIN relève pour sa part, plus de 1200 journalistes assassinés en 14 ans et souligne que dans neuf cas sur dix, les meurtriers restent toujours impunis.

Prenant partie pour cette cause, l’Organisation des journalistes professionnels de Côte d’Ivoire (OJPCI) dont l’un des objectifs visé est la création de conditions visant à améliorer le cadre de vie des journalistes et professionnels des médias, organise pour la Huitième année consécutive en qualité de pionnière et leader point focal média en Côte d’Ivoire, la journée internationale « de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes (JIFI-21) », en partenariat avec le bureau de la représentation Côte d’Ivoire de l’UNESCO, le groupe RFI, France24,MCD ; France Média Monde; les amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon – AmisGC, l’Académie Diplomatique international Pax Mundi Dag Hammarskjöld – Organisation Mondiale de la Presse Diplomatique, et le Groupe Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) qui a accordé un soutien incommensurable en tant que principal partenaire officiel de cet évènement de portée mondiale.
Ainsi, la journée du mardi 29 octobre 2021 a t-elle été consacrée à un «WEBINAR» (Visioconférence) initié par «AmisGC» essentiellement porté sur l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.
Principalement animée la présidente Danièle GONOD, Antoine Glaser, l’avocate des victimes Dose Marie, cette conférence a été rehaussée par la présidence d’éminentes personnalités et institutions au nombre desquelles, la haute Direction Générale de RFI conduite par Madame Cecile MEGIE, Christophe BOIBOUVIER, ainsi que le Ministère de la Bonne Gouvernance de la République de Cote d’Ivoire.
Une conférence qui aura permis de faire le point sur l’état d’avancement des procédures judiciaires engagées à ce jour et d’évoquer les questions liées aux contraintes de secret- défense.

Vecteur majeur de communication, de synergie des professionnels des médias, l’action de l’OJPCI offre une tribune d’expression à tout acteur de la vie civile à travers une conférence-atelier de formation, d’être davantage outillé sur les instruments internationaux d’aide aux médias qu’offre le système des Nations Unies, mais surtout de s’approprier les lois, tant du code civil, pénal que spécifiquement de la loi sur la Presse en Côte d’Ivoire.
Le thème générique de la JIFI-2021 « Procédures judiciaires et lenteurs administratives dans le contexte de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption » proposé à l’émérite Magistrat, le Procureur de la République Monsieur ADOU RICHARD ne pourra se tenir pour cause d’empêchement.
Pour le président de l’OJPCI Monsieur Victorien ANGOA, Cette journée internationale de la JIFI devrait davantage servir de cadre de rencontre avec divers partenaires tels le Ministère de la Bonne gouvernance, du Renforcement des Capacités et de la lutte contre la Corruption à même :

 D’offrir des programmes spécifiques de renforcement des capacités des professionnels de la communication, incluant le code civil, le droit pénal qui ne fait abstraction d’aucun citoyen ;

 D’utiliser les acteurs des medias comme vecteurs essentiels de promotion et de vulgarisation de la Bonne Gouvernance et de la Lutte contre la Corruption au service de la Cohésion Sociale ;

 D’offrir l’occasion aux journalistes, professionnels de la communication et du numérique d’échanger avec des acteurs des pouvoirs publics et autres spécialistes afin d’être plus outillés quant aux dispositions sécuritaires particulièrement dans les zones de reportage à risque, le partage d’expériences ;

 De diagnostiquer, évaluer l’absence de justice ou des lenteurs dans les procédures et suggérer des pistes pour le renforcement des instruments juridiques et autres stratégies d’affermissement de la lutte contre l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes et professionnels de la communication ;

 De mutualiser les compétences dans une synergie d’action, afin d’accompagner les pouvoirs publiques dans la lutte contre le terrorisme international, en vue de la sécurité des personnes et des biens. Aussi, l’Organisation engage t-elle une vaste campagne internationale de caravane musicale Blues-JAZZ d’aide aux familles victimes de terrorisme internationale avec des artistes de renoms tels Oumou Sangaré ou le Blues man Vieux Farka Touré.

Comments

comments

What Next?

Related Articles