09202017Headline:

Côte d’Ivoire: décès de Michel Legré,beau-frère de Simone Gbagbo

michel-legre

Côte d’Ivoire: décès de Michel Legré,beau-frère de Simone Gbagbo suspect dans la disparition de Kieffer

En Côte d’Ivoire, Michel Legré, le beau-frère de Simone Gbagbo, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche d’une crise cardiaque à Abidjan. Ami proche de l’ancien président Laurent Gbagbo, il était l’un des principaux suspects dans l’enquête sur la disparition, en 2004, du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer.

C’est avec Michel Legré que Guy-André Kieffer avait rendez-vous le 16 avril 2004lorsqu’il a disparu sur un parking abidjanais. Rapidement entendu par les enquêteurs, le beau-frère de Simone Gbagbo, alors première dame, avait alors avoué sa participation à l’enlèvement du journaliste franco-canadien avant de se rétracter entièrement.

En 2004, Michel Legré avait ainsi été incarcéré quelques mois à Abidjan, et était toujours, douze ans plus tard, mis en examen tant par la justice française que par la justice ivoirienne.

« Sa mort est une mauvaise nouvelle. Michel Legré était sans doute un témoin-clé, il n’avait peut-être pas tout dit », regrette Bernard Kieffer, le frère de Guy-André, joint par RFI. Un sentiment que partage sa veuve, Osange Silou Kieffer : « C’est une porte qui se ferme. Est-ce que cette porte nous aurait conduit à la vérité ? Je n’en sais rien, mais c’est une porte qui se ferme. Donc une petite frustration. »

Malgré les promesses des autorités ivoiriennes dès l’accession au pouvoir d’Alassane Ouattara en 2011, l’on ne connaît toujours pas la vérité sur la disparition de Guy-André Kieffer. Récemment lors du procès de Simone Gbagbo à Abidjan, un ancien milicien a déclaré que le journaliste avait été tué par le commandant Seka Yapo, sur l’ordre de l’ancienne première dame. Une accusation que Simone Gbagbo a rejetée fermement.

Des liens étroits avec les Gbagbo

Tous deux originaires de la région de Gagnoa, dans le centre de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo et Michel Legré étaient des amis proches et de longues dates. Leur lien deviendra familial lorsque Michel Legré épouse Françoise, la sœur cadette de Simone Gbagbo.

A la fin des années 80, il est en charge de la sécurité de son ami, alors leader syndical et opposant à Felix Houphouët-Boigny. Il sera même emprisonné quelques mois en 1992. Toujours dans le premier cercle de Laurent Gbagbo, il le conseille régulièrement, racontent des proches de l’ancien chef d’Etat. Mais l’homme, plutôt petit, barbu et grand fumeur de cigarillos, ne fait pas partie des cadres du FPI.

Homme d’affaire, jamais il n’occupera de fonction politique. Son nom devient connu alors qu’en 2004, il est rapidement l’un des principaux suspects de l’enlèvement de Guy André-Kieffer. C’est avec lui que le journaliste franco-canadien avait rendez-vous lorsqu’il a disparu. Michel Legré avouera avoir servi d’appât sur ordre des plus hautes autorités de l’Etat, avant de revenir sur ses propos.

RFI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment