09192020Headline:

Affaire de 3e mandat: voici ce que Soro demande à Nicolas Sarkozy

L’ancien président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, Guillaume Soro, a appelé l’ancien président français, Nicolas Sarkozy, à s’armer de courage pour dire à Alassane Ouattara de renoncer à son intention de briguer un troisième mandat.

Actuellement en retraite politique, l’ancien patron de l’Elysée, Nicolas Sarkozy, est appelé à la rescousse de la Côte d’Ivoire qui est en passe de sombrer dans une nouvelle guerre, à cause de la volonté du président Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat. C’est par l’intermédiaire de sa page Facebook que Guillaume Soro a appelé Nicolas Sarkozy à intervenir dans la situation actuelle en Côte d’Ivoire.

L’exilé politique ivoirien voudrait que Nicolas Sarkozy s’arme de courage pour dire à son ami Alassane Ouattara de renoncer à son intention de briguer un troisième mandat qu’il juge anticonstitutionnel. «Non à la Présidence à vie en Afrique. Non au 3e mandat. Que Nicolas Sarkozy ait le courage de dire à son ami de renoncer à créer la chienlit en Côte d’Ivoire», a lancé Soro à l’ex-président français, Nicolas Sarkozy, fidèle ami de Ouattara.

Pour rappel, Nicolas Sarkozy a été le premier à déclarer en 2011, la victoire à la présidentielle de Ouattara et c’est encore lui, en sa qualité de maire de la ville de Neuilly, qui a célébré le 24 août 1991, le mariage de Ouattara et Dominique, l’actuelle première dame. C’est en vertu de cette longue amitié que Soro demande à Sarkozy de parler à son ami.
Situation critique en Côte d’Ivoire

Les manifestations contre un troisième mandat du président Alassane Ouattara ont pris d’ampleur en Côte d’Ivoire. En seulement deux jours de protestation, on dénombre 05 morts, 104 blessés et 68 interpellations. L’opposition juge anticonstitutionnelle une nouvelle candidature de Ouattara, mais le parti au pouvoir soutient que cette candidature n’est qu’une première de la Troisième République, la Côte d’Ivoire étant donc dans une Troisième République après la récente modification de la constitution. Dans ce contexte, la décision de la cour constitutionnelle est fortement attendue.

Melv Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles