04182024Headline:

AFFAIRE IDRISS DIALLO À L’ASSEMBLÉE NATIONALE : LES CLARIFICATIONS D’UN DÉPUTÉ

Des rumeurs circulent sur des huées supposées dirigées vers le président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), Yacine Idriss Diallo, lors de son intervention à l’Assemblée nationale, le 15 février 2024. Un député, témoin de la scène, clarifie la situation.

Selon ce parlementaire, des députés, dont lui-même, espéraient qu’Idriss Diallo fasse amende honorable pour apaiser les tensions suscitées par les événements récents.

“Certains députés comme moi d’ailleurs souhaitaient qu’il présente ses excuses pour les incompréhensions survenues au cours de la compétition. Ceci pour apaiser les cœurs. Et comme ça ne venait pas, un groupe de députés avait commencé à s’agiter, mais pas en le huant”, explique-t-il.

Haller et Adingra cités
L’élu précise cependant que, contrairement à certaines informations, le mécontentement de ces députés n’a pas pris la forme de huées.

“Il n’a pas été hué. Même si un groupe de députés était en colère face à la tournure du discours. Je le répète ! Les députés s’attendaient à ce qu’il calme le jeu depuis la maison du peuple et le discours n’allait pas dans ce sens. Donc quelques députés ont exprimé leur colère, mais sans le huer.”
Dans l’extrait vidéo de cette cérémonie (ci-dessous), on peut voir le président de la FIF, entouré du capitaine Max-Alain Gradel et de l’entraîneur Emerse Faé, relater les péripéties de ce nouveau sacre inespéré des Éléphants.

“(…) Quand on a gardé Haller avec Adingra dans le groupe, il s’est trouvé des ivoiriens pour nous traiter d’irresponsables. Comment on peut prendre des joueurs blessés et les emmener là (à la CAN) …”, rappelait M. Diallo, avant d’être quelque peu interrompu. Des députés, visiblement mécontents de cette partie de son intervention, s’agitent et poussent des soupirs, sans toutefois le huer.

La question des excuses
Le député explique que la réaction a été plutôt un appel à la modération. “D’abord, il s’agit de la réaction de trois députés autour de moi qui ont élevé la voix en disant ‘Laisse ça et présente des excuses”, précise-t-il.

“(…) Ça a un peu perturbé le discours quelques fractions de secondes. C’est tout ! On voulait juste qu’il calme le jeu depuis l’Assemblée nationale. À moins que cela s’appelle huer quelqu’un”, poursuit-il.

What Next?

Recent Articles