09302022Headline:

Burkina Faso: de cadres du parti de l’ex-président Kaboré démissionnent en masse

Au Burkina Faso, 17 membres du bureau exécutif national et une centaine de cadres ont quitté le Mouvement du peuple pour le progrès, l’ex-parti au pouvoir, dans une lettre adressée à Alassane Bala Sakandé, chef de la formation de l’ex-président Roch Marc Christian Kaboré. La création d’un nouveau parti n’est pas à l’ordre du jour, selon l’un des démissionnaires, mais il assure que d’autres vagues de démission sont attendues dans le paysage politique burkinabè.

Parmi les démissionnaires du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), il y a des membres du bureau exécutif national et du bureau politique national. Y figurent aussi plusieurs anciens ministres, tels que l’ex-chef de la diplomatie Alpha Barry, l’ancien ministre de l’Énergie Bachir Ismael Ouedraogo ou encore l’ex-ministre déléguée à l’Administration territoriale Madjara Sagnon Tou, ainsi que des anciens députés.

Cette deuxième vague de démissions fait suite à un audit qui a révélé des dysfonctionnements au sein du parti, selon un ancien membre du bureau exécutif national du MPP : « L’audit a ressorti de grands manquements aussi bien au niveau organisationnel qu’au niveau de la camaraderie. Le clanisme et la division avaient pris le dessus », regrette cette source.

Ces désormais ex-militants du MPP accusent Alassane Bala Sakandé, le président du parti, d’avoir instrumentalisé certains militants. Cela afin de remettre en cause les conclusions du rapport de la commission ad hoc et s’opposer à la tenue d’un congrès en vue du renouvellement des organes du parti.

« Au lieu de continuer à travailler dans un panier à crabes, il est plus intelligent de faire valoir nos idées et nos compétences indépendamment de nos mentors », et aller vers une nouvelle dynamique au-delà des clans, des régions et des ethnies, souligne notre source.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles