05212022Headline:

Guerre en Ukraine : tour d’horizon des villes ukrainiennes après dix jours de conflit

Depuis dix jours, le monde a les yeux rivés sur l’Ukraine. Le 24 février dernier, la Russie de Vladimir Poutine lançait une offensive contre son pays voisin. Tour d’horizon de la situation dans le pays après plus d’une semaine de conflit armé.

Plusieurs villes ukrainiennes ont subi les attaques de l’armée russes à l’instar de Kharkiv ou de Kherson, prise dans la nuit de mercredi à jeudi.

A Kharkiv, au nord-est du pays, au moins quatre personnes ont été tuées et neuf ont été blessées dans des bombardements visant le siège des services de sécurité et une université. La veille, on dénombrait 21 morts lors des attaques. Parmi les victimes figurait un membre ukrainien de la mission locale de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Il est décédé mardi lors de ces bombardements, a annoncé l’instance internationale mercredi soir.

Au 10e jour de combat, le port stratégique de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, est soumis à un «blocus» de l’armée russe et à des attaques « impitoyables », a fait savoir dans la nuit de vendredi à samedi le maire. La prise par Moscou de cette ville de quelque 450.000 habitants, située sur la mer d’Azov, serait un tournant dans l’invasion de l’Ukraine car elle permettrait la jonction entre les forces russes venues de la Crimée annexée, qui ont déjà pris les ports clés de Berdiansk et Kherson, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass.

A Kherson, la résistance s’organise. Des centaines d’Ukrainiens manifestent ce samedi dans la ville contre l’occupant russe. Cette ville de 290 000 habitants, proche de la Crimée, est tombée jeudi aux mains des troupes russes. « Kherson, c’est l’Ukraine », clament ainsi les manifestants devant les militaires, comme certaines vidéos le montrent ce samedi sur Twitter

De son côté, la capitale, Kiev, est toujours encerclée par l’armée russe. Après dix jours de guerre, le bilan humain est toujours impossible à vérifier de manière indépendante. Moscou a fait état de 2.870 morts du côté des «militaires et des nationalistes ukrainiens» et 498 côté russe, tandis que Kiev évoque plus de 9.000 soldats russes tués.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles