05252022Headline:

Guinée : le contre-la-montre de Mamadi Doumbouya

Six mois après le coup d’État, le chef de la junte se sait observé de toute part et pressé d’obtenir des résultats. Il a imposé son style et sa méthode, au risque de déplaire. Aujourd’hui, à Conakry, les décisions sont tranchées au sein d’un comité restreint, dont on ne connaît pas les membres. Et tant pis pour la transparence.

Comment Mamadi Doumbouya dirige-t-il le pays ? Pour éclairer la façon de « fonctionner » du président de la transition, l’un de ses proches dit qu’elle tient tout entière dans la question qu’il lui a posée avant de le nommer à son poste : « J’aurais pu mourir pour mon pays, le 5 septembre [2021, jour du putsch]. Es-tu prêt à faire pareil ? » Si l’on veut faire partie de l’équipe du président, mieux vaut répondre par l’affirmative. « Pour y participer, il est indispensable d’adhérer aux idéaux de la transition », confirme un ministre.

Avant cet ultime « rite de passage », le processus de sélection fait l’objet d’un soin minutieux, qu’il s’agisse de pourvoir des postes au sein des ministères ou au sein des institutions de la transition. Ces derniers mois, une montagne de CV a ainsi été passée au crible par l’entourage du colonel : Dansa Kourouma, le président du Conseil national de transition (CNT), Mohamed Béavogui, le Premier ministre, et le général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara, dit Idi Amin, le ministre de la Défense. Leur principale mission ? S’assurer que les candidats présélectionnés sont « clean ». Pas question d’avoir dans l’équipe une brebis galeuse, dont on réaliserait trop tard qu’elle a été impliquée, de près ou de loin, dans de mauvais coups.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles