04192021Headline:

Hommage à l’homme: Il aimait apprendre, auprès des plus petits, voici l’histoire

Le 9 décembre 2020, j’ai reçu un coup de fil de la Primature. “Monsieur le Maire, gardez l’écoute, je vous passe le 1er ministre Hamed Bakayoko .”
Deux minutes plus tard, le 1er ministre :

“Monsieur le maire, vous avez pris la décision de supprimer l’ensemble des frais annexes et cotisations COGES dans votre commune. Je voudrais que vous m’expliquiez comment vous êtes parvenu à la décision que vous avez prise le 16 septembre, au sujet des frais annexes et cotisations COGES. Je veux comprendre précisément le mécanisme que vous avez utilisé , les textes de loi que vous avez exploités et surtout, comment vous pensez pouvoir financer cette décision” ?
Plusieurs minutes d’explications plus tard, le 1er ministre me demande:

“Comment pensez vous qu’au niveau national, on peut appliquer votre décision et pensez vous que toutes les collectivités pourront suivre”?
Réponse: “Monsieur le 1er ministre, la loi de 2003 sur les transferts de compétences de l’État aux collectivités territoriales, permet d’appliquer cette décision au plan national vu que cette loi donne aux élus que nous sommes, la charge de gérer les écoles et de construire les établissements scolaires. Ce sont des compétences transférées mais les ressources dédiées n’ont pas suivi.”
Le 1er ministre : ” Bravo monsieur le maire, vos explications sont très claires et votre décision a une base légale. Merci et à très bientôt”.
Vingt minutes après notre échange, j’ai rendu fidèlement compte à mes quatre adjoints au maire, puis le lendemain, au préfet de Tiassalé.
Le 14 décembre 2020, soit 5 jours après l’échange, le chef de l’État a annoncé la suppression des frais COGES tant au primaire et au secondaire et la prise en charge de ces frais par l’État et les collectivités territoriales.
Le 1er ministre Hamed Bakayoko aimait apprendre, même auprès des plus petits.

Perle Lola

Comments

comments

What Next?

Related Articles