09302022Headline:

Le président du Sri Lanka a présenté sa démission au Parlement par email.

Le président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa a envoyé une lettre de démission par courriel au président du Parlement du Sri Lanka, au lendemain de sa fuite vers les Maldives dans un contexte de crise politique aiguë. Retrouvez le fil du 14 juillet. L’annonce officielle de l’abandon de la démission de Gotabaya Rajapaksa, attendue pour vendredi, n’interviendra qu’après l’examen de “l’authenticité et la légalité” de la lettre l’annonçant, envoyée par email au président du Parlement, a dit à l’AFP le porte-parole de ce dernier, Indunil Yapadu.

À Colombo, les manifestants ont mis fin à l’occupation de bâtiments publics tout en promettant de continuer à mettre sous pression le pouvoir. Selon des témoins, les forces de l’ordre ont par la suite pénétré dans les bureaux du chef du gouvernement. Des véhicules blindés de transport de troupes patrouillaient dans certains quartiers.

Dans la capitale, une foule peu nombreuse mais jubilatoire a tout de même bravé le couvre-feu, dansant et chantant pour exprimer sa joie devant le secrétariat de la présidence lorsque la nouvelle a été annoncée. “C’est une victoire monumentale”, s’est écrié Harinda Fonseka, l’un des manifestants. “Mais ce n’est qu’un premier pas.” Car ils réclament désormais la démission du Premier ministre Ranil Wickremesinghe.

  • 19 h 15 : le FMI souhaite la fin de la crise avant une reprise des discussions

Le Fonds monétaire international a indiqué qu’un dénouement à la crise politique en cours au Sri Lanka serait un préalable nécessaire pour reprendre les discussions sur un éventuel programme d’aide.

“Nous espérons une résolution à la situation actuelle qui permettrait une reprise du dialogue sur un programme soutenu par le FMI”, a déclaré le porte-parole du FMI Gerry Rice, lors d’une conférence de presse.

Un tel programme d’aide “demanderait des assurances adéquates sur la viabilité de la dette”, a-t-il également affirmé, celle-ci étant jugée “insoutenable” à l’heure actuelle.

Fin juin, des représentants du FMI s’étaient rendus au Sri Lanka pour des négociations sur un possible plan de renflouement. À l’issue de celles-ci, le FMI avait sommé Colombo de mettre fin à la corruption et d’augmenter de manière substantielle les impôts afin de sauver l’économie de ce pays d’Asie du Sud.

  • 16 h 28 : le président annonce sa démission au parlement par email

Le président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa a envoyé une lettre de démission par courriel au président du parlement du Sri Lanka, peu après son arrivée à Singapour jeudi, a-t-on appris d’une source au Parlement.

La lettre de démission a été transmise au Procureur général du pays pour en examiner les aspects légaux avant d’être formellement acceptée, selon la même source.

  • 14 h 28 : Singapour assure que Gotabaya Rajapaksa n’a pas obtenu l’asile

Le président du Sri Lanka a été autorisé à entrer sur le territoire de Singapour pour une visite privée et non pour obtenir l’asile, a annoncé la cité-État, après l’arrivée de Gotabaya Rajapaksa en provenance des Maldives.

“Il est confirmé que Gotabaya Rajapaksa a été autorisé à entrer à Singapour pour une visite privée”, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. “Il n’a pas demandé l’asile et aucun asile ne lui a été accordé. Singapour n’accorde généralement pas les demandes d’asile.”

  • 13 h 33 : l’avion du président sri lankais a atterri à Singapour

L’avion transportant le président sri-lankais est arrivé jeudi à Singapour en provenance des Maldives, ont constaté des journalistes de l’AFP, au lendemain de sa fuite de son pays.

Gotabaya Rajapaksa, son épouse Ioma et deux gardes du corps étaient à bord d’un vol de la compagnie Saudia, selon un responsable de l’aéroport de Malé, aux Maldives.

  • 9 h 52 :  le président a quitté les Maldives pour Singapour 

Le président, Gotabaya Rajapaksa, a quitté les Maldives où il avait trouvé refuge après son départ du Sri Lanka, pour se rendre à Singapour. Le président et son épouse Ioma et deux gardes du corps ont été escortés dans l’avion quelques minutes avant le décollage de l’aéroport international Velana à Malé, a précisé la même source.

  • 8 h 35 : les manifestants annoncent leur départ des bâtiments occupés

Les manifestants sri lankais, qui ont contraint le président, Gotabaya Rajapaksa, à fuir le pays après l’invasion de sa résidence le week-end dernier, ont annoncé, jeudi 14 juillet, qu’ils allaient évacuer les bâtiments publics occupés depuis plusieurs jours.

“Nous nous retirons pacifiquement du palais présidentiel, du secrétariat présidentiel et des bureaux du Premier ministre avec effet immédiat, mais nous continuerons notre lutte”, a déclaré une porte-parole.

Quelques heures avant l’annonce du retrait, la police avait repoussé les manifestants qui tentaient de pénétrer dans le Parlement. Les Sri-Lankais attendaient jeudi la démission du président Gotabaya Rajapaksa. Ce dernier a assuré à plusieurs reprises au président du Parlement qu’il démissionnerait dans la journée de mercredi, mais sa lettre de démission n’était toujours, selon un conseiller de Mahinda Yapa Abeywardena.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles